I) « Tout mouvement de libération de l'homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.»

Ivan Illich

II) « L'oppression des enfants est première, et fondamentale. Elle est le moule de toutes les autres. »

Christiane Rochefort

III) « Quels enfants allons-nous laisser à la planète ? »

Jaime Semprun

IV) « Non plus créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école »

John Holt

V) « Notre principale menace aujourd'hui est le monopole mondial de domination scolaire sur l'esprit des hommes. »

Everett Reimer

VI) « Ce qui me paraît le plus insupportable, c'est que l'école me séparait de moi-même. »

Christian Bobin

VII) « Plus l’homme se connaît par la voie officielle, plus il s’aliène »

Raoul Vaneigem

VIII) « Je perçois l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire. »

Cornélius Castoriadis

IX) « Ce qui abrutit le peuple, ce n'est pas le défaut d'instruction mais la croyance en l'infériorité de son intelligence. »

Jacques Rancière

X) « Prisonnier de l'idéologie scolaire, l'être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l'école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. » Ivan Illich

XI) « Les hommes qui s'en remettent à une unité de mesure définie par d'autres pour juger de leur développement personnel, ne savent bientôt plus que passer sous la toise.» Ivan Illich

Site connexe : débordelisation.

LOGO 1 coul inv

Nexus

COUV NEXUS 108 WEBOn parle de nous (interview) dans le numéro 108 de Nexus de Jan/Fév 2017

Dossier « Déscolariser la société »

moinsOn a participé au dossier sur la déscolarisation du numéro 24 (août/sept 2016) du journal romand d'écologie : - Moins

L'école de la peur (texte complet)

ecoledelapeur

Attention aux méprises !

Nous ne sommes pas pour l'Instruction En Famille (IEF) sauf comme solution temporaire, celle-ci est inégalitaire et faire la part belle à une autre institution de l'ordre adulte presqu'autant problématique que l'école (si ce n'est plus !) Pourquoi toujours penser les choses en terme de systèmes fermés ?

Notre revendication se situe sur les communs et un monde ouvert : établir des écoles libres (chacun est libre d'y aller quand il veut), égalitaires (chacun peut intervenir pour enseigner), communales, citoyennes, gratuites, débarrassées de l'État, dans les espaces publics et communs, autogérées.

Bibliographie déscolarisation

Une société sans école
Ivan Illich
Mort de l'école
Everett Reimer
Le maître ignorant
Jacques Rancière
Comme des invitées de marque
Léandre Bergeron
Les apprentissages autonomes
John Holt
Pour décoloniser l'enfant
Gérard Mendel
Avertissement aux écoliers et aux lycéens
Raoul Vaneigem
Apprendre sans l'école
John Holt
Et je ne suis jamais allé à l'école
André Stern
La fin de l'éducation ? Commencements.
Jean-Pierre Lepri
Insoumission à l'école obligatoire
Catherine Baker
L'école de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure
Jean Foucambert
De l'éducation
Jiddu Krishnamurti
Pour l'abolition de l'enfance
Shulamith Firestone
L'école mutuelle, une pédagogie trop efficace ?
Anne Querrien
L'enfant et la raison d'Etat
Philippe Meyer
Le pédagogue n'aime pas les enfants
Henri Roorda
Les enfants d'abord
Christiane Rochefort
Les cahiers au feu
Catherine Baker
La fabrique de l'impuissance 2, l'école entre domination et émancipation
Charlotte Nordmann
La fabrique scolaire de l'histoire
Laurence de Cock et Emmanuelle Picard
L'école contre la vie
Edmond Gilliard
Libres enfants de Summerhill
A.S. Neill
Soumission à l'autorité
Stanley Milgram
Si j'avais de l'argent, beaucoup d'argent, je quitterais l'école
Une éducation sans école
Thierry Pardo
La véritable nature de l'enfant
Jan Hunt
C'est pour ton bien
Alice Miller
L'herméneutique du sujet
Michel Foucault
Ni vieux ni maîtres
Yves Le Bonniec et Claude Guillon
L'individu et les diplômes
Abel Faure
La domination adulte
Yves Bonnardel
Encore heureux qu'on va vers l'été
Christiane Rochefort
S'évader de l'enfance
John Holt
Inévitablement (après l'école)
Julie Roux

Article en avant

mamandeserie

Global larcin

Le monde est un grand larcin, un grand accaparement très diversifié, chacun son butin :

Les Élus volent le pouvoir.

Les universitaires volent l'université.

Les professeurs volent l'apprendre.

Les bibliothécaires volent les bibliothèques.

Les propriétaires volent la terre.

Les patrons volent la force de travail.

Les médecins volent la médecine.

Les médias volent l'information. ... etc. (S.R.)

Scolarisation du monde (le film)

schooling the worldAvec sous-titres Fr (bouton CC)

Outil n°1 pour lever le voile

etymosvignette

Les deux faces de la même médaille

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans un onglet

Article du 30/08/2015

Un document exceptionnel !

millecitations

Nos liens Illustrateurs

Émissions en direct sur une radio locale

LE MONDE ALLANT VERS..., un jeudi sur deux à 19h30, sur la petite radio locale : RADIO GRÉSIVAUDAN.

Vous pouvez écouter ces émissions en rejoignant le site internet de Radio Grésivaudan ou en ouvrant votre radio sur la bonne fréquence.

Générique de l'émission :

Participez en direct en appelant le :

04 76 08 91 91

Accéder aux archives des émissions sur le site de Radio Grésivaudan.

Et si la cause des causes était l'absence d'architecture spirituelle chez chacun ? --> Ecoutez l'émission sur "La Citadelle" :

Fallait oser...

« L'enfant a droit à une éducation gratuite et obligatoire. »

Charte des droits de l'enfant de l'UNESCO

Bossuet nous disait :

« Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

 Professeurs, déscolarisez-vous !

« Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. »

John Holt

Corollaire ou conclusion de cette idée de Holt : si on enseigne à l'E.N., c'est donc pour propagander, détourner, aliéner.

Sur le refus de parvenir

« Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la fonction abrutit. » Flaubert

*****

« Si nous voulons un monde nouveau, comment accepter de grimper, d'être reconnu par des institutions du vieux monde ? »
Marianne Enckell

Autres citations sur le refus de parvenir

Le corps enseignant ?

On parle toujours du « corps enseignant », mais jamais de son âme... C'est parce qu'il n'en a pas. Et s'il en avait une, ce serait évidemment celle, noire et vicieuse, de Jules Ferry.  S.R.

julesferryamenoireVoici le monsieur qui s'occupe de vos enfants !

descoetdroit

« L'éducation, avec son fer de lance qu'est le système de scolarité obligatoire, avec toutes ses carottes, ses bâtons, ses notes, ses diplômes et ses références, m'apparaît aujourd'hui comme la plus autoritaire et la plus dangereuse des inventions humaines. C'est la racine la plus profonde de l'état d'esclavage moderne et mondialisé dans lequel la plupart des gens ne se sentent rien d'autre que producteurs, consommateurs, spectateurs et fans, motivés de plus en plus, dans tous les aspects de leur vie, par l'appât du gain, l'envie et la peur. »

John Holt

Lien vers des centaines d'autres citations sur le sujet (mis à jour de teps en temps)

 

Prenons notre élan!

  Un pas en arrière pour un grand bond en avant

À l’heure où le soulèvement populaire éclot de toutes parts, jusque dans les plus petites communes de France où d’ordinaire la colère est contenue ou aiguillée vers les manifestations cadrées des grandes villes, remémorons-nous les leçons de l’histoire, pour rester soudés face aux calomnies qui, soyons-en sûrs, viendront essayer de diviser le peuple qui se réveille.
En 1848, de terribles rumeurs ont transformé les ouvriers militant pour des conditions de travail et de vie plus dignes en révolutionnaires bestiaux et sanguinaires, alors qu’aucune preuve n’attestait les mensonges des journaux. Rappelons-nous qu’aujourd’hui comme hier, les organes de presse sont quasiment tous aux mains de ceux qui voient d’un mauvais œil un changement profond de société qui remettra en cause leurs privilèges… En 1848 toujours, les hommes alors au pouvoir ont payé des individus pour décrédibiliser les manifestations pacifistes du peuple. On a vu des policiers déguisés en civils vandaliser des bâtiments publics et semer le trouble pendant les mouvements de masse, afin que le gouvernement jette l’opprobre sur l’ensemble du mouvement ouvrier et légitime les massacres qu’il a ensuite commis. On a même vu un ministre, alors, sortir son arme à feu, et tirer, avec une morbide fureur, sur les hommes, les femmes et les enfants qui défilaient. Face au déferlement de violence des appareils répressifs d'État, qui a éliminé en trois jours plus de quatre mille personnes lors du carnage de juin 1848, son geste est presque passé inaperçu, et impuni.
 
Rappelons-nous, aussi, le massacre de la Commune de Paris, en mai 1871, après une campagne de diffamation du mouvement des travailleurs relayée par les médias. Les journaux indépendants et populaires étaient alors interdits par l'état, comme en 1848. Facile alors pour le gouvernement en place de présenter le mouvement populaire comme barbare, violent et féroce… Les correspondances à destination de la province étaient scrupuleusement contrôlées pour éviter que le peuple dans son entier ne se rallie aux justes réclamations des ouvriers. Car ceux-ci, comme aujourd’hui étaient arrivés à la limite de leur tolérance pourtant tellement grande face aux injustices commises par l’ensemble du corps politique et économique à leur encontre. Prenons garde : aujourd’hui l’information française est détenue par quelques milliardaires qui manipulent l’opinion publique à leur guise. Ne soyons plus dupes, cette fois, et que nos oreilles se tournent vers la voix du peuple là où elle est audible !

Rappelons-nous que le système politique aujourd’hui en place est l’héritier direct des émeutes de 1848 puis de 1871, le pouvoir mettant alors tout un agglomérat de mesures dites sociales pour contenir le peuple et l’empêcher, une bonne fois pour toutes, de devenir lui-même maître de son destin. Parmi ces lois qu’on dit émancipatrices, la mise en place du droit de vote (1848) avec la certitude affirmée que sous bon contrôle des médias, cela concorderait au maintien de la caste en place au pouvoir. Alexis de Tocqueville, royaliste sûr de son coup déclarait alors: « Je ne crains pas le suffrage universel. Les gens voteront comme on leur dira ». Plus tard, après les évènements de la Commune de Paris, et toujours pour contenir les mouvements sociaux par des organes régulateurs en lien direct avec la hiérarchie, la création des syndicats non libres, l’institution de l’école obligatoire (« Il faut prendre en main le citoyen du berceau jusqu’à la tombe » disait alors Jules Ferry) ont renforcé le controle de l'état sur l'ensemble de la population. Rien n’a changé aujourd’hui, le système s’est plutôt consolidé et endurcit avec toutes ces mesures qui leurrent le peuple et l’empêchent de se prendre réellement en main.

 Et puis, hier comme aujourd'hui, qui sont les véritables casseurs, ceux qui détruisent méthodiquement et inlassablement la planète et les sociétés humaines par la soif inextinguible du pouvoir? Combien de morts et de destructions à leur actif?

On entend, ces jours, les mots de démocratie directe jaillir un peu partout, et de révolution. Un vaste mouvement populaire se consolide chaque jour, spontané, né hors des circuits classiques et autorisés des manifestations déclarées en préfecture, loin des syndicats et partis politiques récupérateurs de la force vive du peuple. Soyons toutefois vigilants face aux sempiternelles techniques du pouvoir pour se maintenir en place, ne négligeons pas sa violence inouïe quand il se sent fragilisé, et surtout soyons audacieux dans les formes à créer pour que le mouvement de protestation aboutisse à la matérialisation d’un monde plus juste, plus libre et plus doux pour chacun et chacune d’entre nous.
Ayons confiance en nos capacités auto-organisationnelles pour cheminer vers la paix et la transformation sociale…
Et n'oublions pas nos ancêtres qui ont donné leur vie pour une société débarrassée de ses tyrans, ou l’entraide et la convivialité pourrait enfin se déployer. Ne négligeons pas l'importance de scrupuleusement étudier les archives des peuples pour en tirer de sages leçons. Une fois nos valises historiques bouclées, tel l’explorateur qui se prépare à un long voyage en analysant minutieusement son bagage, nous serons alors prêts pour la grande aventure d’une Révolution. 
 
La petite précision de Joris :
 
"Si on s’en tient au sens strict le nom Révolution vient du latin " revolutionem " formé à partir : 
- de la racine " volv-" : rouler 
- du préfixe  "re-" indiquant un retour en arrière, un recommencement 
- du suffixe nominal (servant à former des noms) "-tio " qui donne en français "-tion ". 

D'après son étymologie, ce mot signifie donc "action de revenir en arrière,de recommencer";
Comprenez par là un "in statu quo ante" le fameux statut quo.
Par contre le mot Révolte est le déverbal de révolter.
Révolter mot originaire de l’italien rivoltare, de volta (« action de tourner ou de se tourner »), d’où retourner, retour, « faire tourner » les choses.
Ca valait le coup non ? ;)"
 
 Acheminons-nous donc Joyeusement vers une belle et salutaire Révolte !
 Mathilde, le 6 décembre 2018

 

ARTICLES AU HASARD

Humour | 23 Déc 2015 09:08 | Sylvain Rochex
Nouvelle semaine de permaculture gratuite en août

Nos amis nous ont fait apparaître dans leur dernier épisode de Northpark ! "Embûche de Noël !"

N.B : Il y [ ... ]

HumourLire l'article
Interventions | 16 Nov 2014 13:02 | Sylvain Rochex
Nouvelle semaine de permaculture gratuite en août

Cet élan se fonde sur les thèses présentes dans l'ouvrage d'Ivan Illich paru en 1971 "Une société sans école" (le titre original [ ... ]

InterventionsLire l'article
Réflexions philosophiques | 31 Juil 2015 09:51 | Sylvain Rochex
Vivre sa vie comme au dernier jour (2 textes)

Les gens vont tellement mal... et tellement de plus en en plus mal... C'est là, sous nos yeux : une société en [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Réflexions philosophiques | 26 Oct 2016 23:28 | Sylvain Rochex
Bien vieillir ou mal vieillir

Bien vieillir ou mal vieillir.
Quand on relit ce texte de Foucault, il est clair que la possibilité est donnée à [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Déscolarisation.org | 06 Fév 2015 22:25 | Sylvain Rochex
Donner du sens !

Deuxième sens à "Déscolarisation" vient d'être accepté par le wiktionnaire de wikipédia !

Lien vers l'entrée

J'essaierai [ ... ]

Déscolarisation.orgLire l'article
Vraie démocratie | 23 Mar 2015 17:34 | Sylvain Rochex
Le petit commentaire de France 3 Alpes à notre endroit.

Vous trouverez sur le site de France 3 Alpes sur la page des résultats aux élections Départementales la petite phrase suivante [ ... ]

Vraie démocratieLire l'article
Other Articles

sensortird

Crédit Photo originale : Par Khoyobegenn