2 citations du jour, extraites de "A nos amis".

à nos amis« L'organisation étatique est en fait la désorganisation maximale, parce qu'elle repose sur la négation de la faculté humaine de s'organiser. »

« L’État est la mafia qui a vaincu toutes les autres, et qui a gagné en retour le droit de les traiter comme criminelles. »

A nos amis, Comité Invisible.

 

Merci de participer à la Déscolarisation de la société, elle ne pourra pas se faire sans vous, sans chacun de vous.

Pas de gourous, pas d'organisation au sens politicien du mot  en matière de déscolarisation, pas de "SPECTACLE", mais une organisation au sens de la Commune qui peut  donc jaillir partout grâce au courage de chacun à se départir de l'État et de ses structures, et à édifier avec ses "Amis" un espace commun autonome où l'État n'est plus, où l'État ne peut plus être, car il a face à lui : LA COMMUNE.

L'autonomie individuelle, okay. Retrouver sa "pleine conscience", okay... Méditer, se centrer, okay, si vous voulez...

 !! Mais si personne n’œuvre en parallèle pour l'autonomie collective... Mais si, chacun, continue d'éviter à tout prix le même petit point rouge qui clignote sur la carte... (Ben, ça ne peut pas évoluer) !!

C'est fou, cette ingéniosité quotidienne déployée par chacun de nous, en excuses de toutes sortes, pour éviter à tout prix le no-mans land entouré de ru-balise qui correspond à "la politique". (Et la panique hystérique qui apparaît quand on se rapproche de la zone...)

Chacun se dit : je veux bien tout faire pour changer mais sauf ça ! Oui, même des toilettes sèches aller pourquoi pas !! Mais PAS, La Politique ! Ça, ce n'est pas pour moi, je ne suis pas fait pour ça ! D'autres le sont, mais pas moi, et je le ferai peut-être quand j'aurai fini de m'occuper de moi (!) . Et chacun semble persuadé que d'autres s'en occuperont... (Pendant ce temps, c'est la mafia qui s'occupe de nous... éternellement...).

Étrange démission individuelle et collective... Enfin, Étrange,... les gens restent donc bien "scolarisés", c'est-à-dire qu'ils veulent toujours ménager in fine leurs positions sociales : = NE JAMAIS SE FAIRE MAL VOIR PAR LE PROF, PAR PAPA, PAR L'ÉTAT, PAR LES CHEFS. Ça reste la règle car rien n'a commencé en matière de déscolarisation et de révolution.

C'est pour ça que nos jours on se planque derrière un écran pour consommer de la pensée subversive le soir "en rentrant du boulot". La plupart des individus ont deux visages : celui conforme à l'État, à Papa, au Prof (tout ça, c'est pareil, c'est le SURMOI), et celui "sur internet" quand le prof/Papa/l'État a le dos tourné.

L'humanité bougera quand les gens se décideront individuellement à n'avoir plus qu'un seul vrai visage.

Rien n'a commencé. La Révolution, ça commence quand L'INDIVIDU, oui TOI, seul, défie et menace l'État, ne veut plus d'État en son for-intérieur et pose des actes par rapport à ça. Ça commence quand L'INDIVIDU pense qu'il a plus à perdre de continuer à se taire que l'inverse (et même si les autres continuent, eux, de se taire). Ça commence quand L'INDIVIDU et donc CHACUN (DONC TOI !!) préfère tout perdre que de perdre son âme et que de voir le monde la perdre.

L'État n'est à l'Élysée. Il est partout. Ses agents, aussi, souvent vous en êtes, ou bien "si ce n'est toi, c'est donc ton frère".

Il n'y a qu'un seul espace commun : la Commune, qui se décline, partout et qui se fédère. Mais la place est prise ! Par cette mafia qu'on nomme État. Œuvrer pour l'autonomie collective, c'est donc abattre l'État au profit de La Commune. Ça se fera pas avec Pierre Rabhi, Michel Onfray et je ne sais quel gourou plus autorisé que les autres à parler. Ça commencera quand CHACUN, en présenciel, se mettra à parler, là où il ne devrait pas parler, quand il ne devrait pas parler etc.

Aider la déscolarisation de la Société, c'est instituer une école libre, communale, et égalitaire à côté de chez vous dans les lieux publics couverts et chauffés (et vider en parallèle les écoles de l'Éducation Nationale).

Si vous le faites, votre action, par une sorte d'égrégore bien réel donnera de l'énergie aux "Communes" voisines et lointaines.