I) « Tout mouvement de libération de l'homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.»

Ivan Illich

II) « L'oppression des enfants est première, et fondamentale. Elle est le moule de toutes les autres. »

Christiane Rochefort

III) « Quels enfants allons-nous laisser à la planète ? »

Jaime Semprun

IV) « Non plus créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école »

John Holt

V) « Notre principale menace aujourd'hui est le monopole mondial de domination scolaire sur l'esprit des hommes. »

Everett Reimer

VI) « Ce qui me paraît le plus insupportable, c'est que l'école me séparait de moi-même. »

Christian Bobin

VII) « Plus l’homme se connaît par la voie officielle, plus il s’aliène »

Raoul Vaneigem

VIII) « Je perçois l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire. »

Cornélius Castoriadis

IX) « Ce qui abrutit le peuple, ce n'est pas le défaut d'instruction mais la croyance en l'infériorité de son intelligence. »

Jacques Rancière

X) « Prisonnier de l'idéologie scolaire, l'être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l'école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. » Ivan Illich

XI) « Les hommes qui s'en remettent à une unité de mesure définie par d'autres pour juger de leur développement personnel, ne savent bientôt plus que passer sous la toise.» Ivan Illich

anonce prochaine emission

News

COUV NEXUS 108 WEBOn parle de nous (interview) dans le numéro 108 de Nexus de Jan/Fév 2017

Dossier « Déscolariser la société »

moinsOn a participé au dossier sur la déscolarisation du numéro 24 (août/sept 2016) du journal romand d'écologie : - Moins

L'école de la peur (texte complet)

ecoledelapeur

Attention aux méprises !

Nous ne sommes pas pour l'Instruction En Famille (IEF) sauf comme solution temporaire, celle-ci est inégalitaire et faire la part belle à une autre institution de l'ordre adulte presqu'autant problématique que l'école (si ce n'est plus !) Pourquoi toujours penser les choses en terme de systèmes fermés ?

Notre revendication se situe sur les communs et un monde ouvert : établir des écoles libres (chacun est libre d'y aller quand il veut), égalitaires (chacun peut intervenir pour enseigner), communales, citoyennes, gratuites, débarrassées de l'État, dans les espaces publics et communs, autogérées.

Article en avant

mamandeserie

Global larcin

Le monde est un grand larcin, un grand accaparement très diversifié, chacun son butin :

Les Élus volent le pouvoir.

Les universitaires volent l'université.

Les professeurs volent l'apprendre.

Les bibliothécaires volent les bibliothèques.

Les propriétaires volent la terre.

Les patrons volent la force de travail.

Les médecins volent la médecine.

Les médias volent l'information. ... etc. (S.R.)

Scolarisation du monde (le film)

schooling the worldAvec sous-titres Fr (bouton CC)

Outil n°1 pour lever le voile

etymosvignette

Les deux faces de la même médaille

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans un onglet

Article du 30/08/2015

Un document exceptionnel !

millecitations

Nos liens Illustrateurs

Émissions en direct sur une radio locale

LE MONDE ALLANT VERS..., un jeudi sur deux à 19h30, sur la petite radio locale : RADIO GRÉSIVAUDAN.

Vous pouvez écouter ces émissions en rejoignant le site internet de Radio Grésivaudan ou en ouvrant votre radio sur la bonne fréquence.

Générique de l'émission :

Participez en direct en appelant le :

04 76 08 91 91

Accéder aux archives des émissions sur le site de Radio Grésivaudan.

Et si la cause des causes était l'absence d'architecture spirituelle chez chacun ? --> Ecoutez l'émission sur "La Citadelle" :

Fallait oser...

« L'enfant a droit à une éducation gratuite et obligatoire. »

Charte des droits de l'enfant de l'UNESCO

Bossuet nous disait :

« Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

 Professeurs, déscolarisez-vous !

« Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. »

John Holt

Corollaire ou conclusion de cette idée de Holt : si on enseigne à l'E.N., c'est donc pour propagander, détourner, aliéner.

 

Propagande Nationale

Propagande Nationale

La propagande au kilomètre

primaire

J'espère que vous avez bien en tête que nous ne disposons pas des moyens pour dénoncer chaque maillon d'une propagande pro-école qui se déroule en continu et au kilomètre dans cette société.

Au rayon cinéma, le plus célèbre maillon (récent) de cette propagande est le film "Sur le chemin de l'école" (2012). Ici, on vous propose plutôt son antithèse : Schooling the World.

schooling the world

Pour contrer la propagande, vous pouvez essayer d'organiser des projections de Schooling the world (les réalisateurs sont ok), mais dans l'espace "public", il faudra franchir la barrière des élus de la lumière intersidérale (qui sont souvent les premiers défenseurs de l'école d'état). Nous vivons en dictature.

N.B : à ceux qui pensent qu'il s'agirait aussi de Propagande de diffuser "schooling the world," je les renvoie au chapitre sur la Puissance dans le livre de Jacques Ellul "Propagandes". Un élément caractéristique et premier de la Propagande est son incroyable Puissance de feu qui n'a rien à voir avec l'échelle humaine ou villageoise.

Une idée complètement tarée et débile

ideefolle---> https://www.uneideefolle-lefilm.com/
Vive la Propagande !! Ce truc surpuissant, survolté en continu, qui sert à rassurer tout le monde en permanence. Votre conscience hurle contre vous-même, et de plus en plus fort et strident, la nuit aussi !! Alors, On (l'État et les industries culturelles) vous offre de quoi lui faire fermer sa gueule !

Pour les Propagandistes, c'est archi-simple : vous donner à entendre ce que vous voulez entendre. Et ce que vous voulez entendre c'est toujours la même chose, c'est : comment allons-nous changer sans changer ?! C'est ça que vous aimez entendre par dessus tout !

Madame ! Calmez-vous ! Écoutez-moi ! Je vais vous dire ce que vous voulez entendre : l'école va changer totalement ! Mais sans changer !

Madame !! Calmez-vous ! Écoutez-moi ! Je vais vous dire ce que vous voulez entendre : l'État et le système politique vont changer totalement ! Mais sans changer !

Madame !!! Calmez-vous ! Écoutez-moi ! Je vais vous dire ce que vous voulez entendre : l'argent et le système capitaliste vont changer totalement ! Mais sans changer ! Ouf ! Voici que tout à coup ça va un peu mieux ! Tout va changer ! Alors ma conscience se tait ! Tout va changer, mais sans changer ! Alors l'intégrité de ma conscience et la base de mon être sont préservés, RA-SSU-RÉS !! L'animal craintif mort de trouille qu'est l'espèce humaine n'a que ça en ligne de mire : se rassurer ! (et recolter des "J'aime" et des "tu es beau et important"). Rassurer principalement la base de son être.

La base de mon être, c'est l'école, c'est l'argent, c'est les gosses, c'est l'État et les institutions, c'est les papiers, c'est les gendarmes les experts et les boulangers, c'est le bureau de tabac la bière et le vin, c'est les hôpitaux, les tribunaux, c'est mes potes, c'est la propriété foncière, c'est mon crédit, c'est ma bagnole c'est mon smartphone et mon ordi, c'est les banques les assurances, c'est Noël, le ski, la télévision et le spectacle, c'est le cinéma, c'est la technologie... Oui, tout ça doit changer car notre monde c'est vraiment de la merde qui flingue tout ! ... Mais... Mais sans changer s'il vous plaîîît !!! Car je refuse que la lumière vienne sur les ténèbres des fondements de ma vie ! Changeons tout ! sauf mes fondements ! Donc changeons rien ! Ou plutôt, faisons, une fois de plus semblant de changer, pour s'offrir 30 ans de répit supplémentaires dans le seul but de refiler la patate chaude à ses enfants comme l'ont fait nos propres parents et grand-parents : oui ne jamais être la génération qui prend la responsabilité d'exécuter l'arrêt de la machine.

Alors la technique est la suivante : toujours garder l'Idée, l'Esprit, le code génétique ! Et on change quoi ? : L'esthétique ! qui se rapproche étymologiquement du concept de sensation ! Voilà, c'est ça : il faut changer notre perception, la sensation, que l'on éprouve vis-à-vis de la chose. On récuse l'école, mais on veut la garder pour ne pas bousculer les fondements de notre être, alors il suffit juste de modifier la sensation que l'on va ressentir vis-à-vis de l'école. Et ça se passe dans les mots surtout, tartiner avec des jolis mots : coopération, confiance, bienveillance ( mais qu'est ce qui nous casse les couilles celui-ci en ce moment ), autonomie, démocratie, égalité, ensemble, liberté, choisir etc. etc. Et puis évidemment, ça ne suffirait pas (quoique !), il faut aussi disséminer quelques objets : là, un compost, ici, une poule, là, un travail en équipe, ici, une assemblée délibérative (et pourquoi pas : là, un tirage au sort), pour que tous les esprits faibles sensibles aux illusions puissent s'en saisir pour rétorquer aux esprits lucides et objectifs : « ben tu vois bien que ça change, regarde, ils s'occupent d'un compost ! Et ils ramassent les oeufs de Violette la poupoule de l'école ! »

L'Idée, l'Esprit, le code génétique qui président à tout ça n'a pas été modifié même un tout petit peu, mais la sensation qu'on en a, oui ! Et à chaque fois, c'est ça qui compte pour repartir pour 30 ans ou plus !

La situation scolaire et scolarisante qui scolarise les individus et la société, est toujours là intacte, immaculée, avec tous les sordides personnages des professeurs, directeurs, experts et compagnie ; l'institutionnalisation des rapports, l'intégration en chacun de l'hétéronomie en toute matière, la propagande de masse, la toute-puissance et la légitimité de l'État, la diffusion de toutes les idéologies totalitaires dont l'idéologie de l'enfance, l'obsession du devenir, la spécialisation, l'argent. Tout cela est toujours à la base de l'école mais on n'a plus tout à fait la même SENSATION, c'est bien assez pour quelques lustres supplémentaires. L'école de Jules Ferry depus 1880 se reproduit toujours selon ce protocole. (Il y a aussi le sujet de « l'opposition contrôlée » : créer de vraies oppositions qui jouent le rôle d'opposant mais que l'État gère et organise de A à Z).

A la base des écoles (y compris les écoles de ce film) : il y a l'enfermement et la séparation d'avec la vie, l'inégalité et la peur de l'autre. Facile de le verrifier : prenez n'importe laquelle de ces 9 écoles présentées dans le film et demandez-vous ce qui se passerait si des dizaines de citoyens lambdas se proposaient d'intervenir dans l'école au même titre que les enseignants ? Aïe, aïe, aïe, la nouvelle école ne serait plus si nouvelle que ça... Car dans le code génétique de l'école de Jules Ferry, il y a toujours ce cristal : « dans la vie, il y a des gens PROFS et des PAS-PROFS et une institution extra-social non démocratique et puissante valide qui l'est et qui ne l'est pas.» Ça par exemple on n'y touche pas... parce que c'est un fondement.

Et puis bon sang, n'oublions JAMAIS que tous ces connards de profs sont rémunérés. Oui, ces abrutis, ces éternels-écoliers ineptes-inaptes suceurs de l'État et de tout ce qui est PUISSANT, au service du mensonge, sont payés pour (soi-disant) transmettre un savoir... Ils sont PROFS : dans leur intérêt personnel, pour aller s'acheter des voitures, des smartphones, des vacances au ski et des place de ciné. Voilà, un autre élément central de la génétique de l'école de Jules Ferry mais qu'on ne touchera pas non plus... pour conserver nos fondements : POUR CHANGER MAIS SANS CHANGER ! Sinon, on aurait vraiment trop trop peur !

Le concept de "Projet"... une pandémie qu'on n'arrête plus

Première page issue du "magazine de la communauté de commune Coeur de Savoie" (22 occurrences !! du concept de PROJET dans cette seule page "Jeunesse") et deuxième page issue d'un 4 pages "lettre aux habitants de Belledonnes" (15 occurrences, - N.B : 30 occurrences sur le 4 pages entier - ). Où comment "apprendre à marcher" devient aussi un produit pour le capitalisme (pardon : un projet !!!!!!) - il ne restait plus que ça qui n'était pas encore atteint par la marchandisation. N'hésitez pas de confier votre enfant à un prestataire pour qu'il apprenne à marcher, dès fois qu'il soit en retard de 4 heures sur son planning de développement et de réussite ! CE MONDE EST MORT.

 

Rappel : Franck Lepage s'inspire de Boltanski : "Le nouvel esprit du capitalisme". A lire !!!

Je joints aussi la saynète que j'avais écrit sur le même thème (en 2011-2012) :

Je vous propose donc un peu (beaucoup !!!!!) de pharmacologie avec ce concept MOR-TI-FÈRE, en essayant de ne plus l'utiliser ou bien seulement après validé 7 fois en conscience qu'il s'impose en dehors du "nouvel esprit du capitalisme".

Jouer avec des lecteurs de CB, des pots de Nutella, de Ricorée, et des caddies, c'est éducatif !

J'ai retrouvé ça dans mes archives (2007) : la réponse du "défenseur des enfants" à qui j'avais écrit pour dénoncer les jouets à l'effigie parfaite des attributs de "la grande distribution" (catalogue Jouet-club-sandwish à l'appui).

Sa réponse est très croustillante quand on pense à notre critique radicale de l'éducationisme et notamment au passage concernant les "jouets éducatifs" dans le livre "la domination adulte" de Y. Bonnardel (citation sur les jouets que Mathilde donne dans la dernière émission du Monde Allant vers)

Jouer à la marchande permet aux enfants d'imiter les adultes dans leurs comportements ordinaires et d'appréhender progressivement l'autonomie ainsi que le sens des responsabilités et des initiatives.

La DÉFENSEURE des enfants

Magnifique, n'est-ce pas ?! Orwell...

Pourtant y'a des symétries qui sont claires, non ?!!

Dans les petites communes françaises, on trouve souvent le bâtiment de la mairie totalement couplé à celui de l'école avec souvent une symétrie hallucinante (voir image jointe).

Le système parvient ainsi à nous présenter les deux côtés de notre malheur dans une clarté et une évidence terribles. Les deux côtés de la même médaille qui se répondent sans cesse.

C'est là, sous nos yeux, partout, et on ne le voit pas. D'un côté, avec 4 fenêtres et 4 géraniums, la forme locale du gouvernement représentatif oligarchique qui nous rend impuissant politiquement et de l'autre, avec les mêmes 4 fenêtres et 4 géraniums, l'outil de propagande qui permet d'asseoir ce régime politique inique auprès du plus grand nombre possible.

Si nous ne sommes pas des citoyens, ni nous ne sommes pas constituants, quelle en est la cause ?
Faudrait peut-être aussi s'intéresser à la face FACE et ne point passer sa vie sur PILE.

Nous passons tous 20 ans dans la gueule du Léviathan Éducation Nationale pour que nous soit lentement retiré notre conscience citoyenne et notre lien avec le cosmos.

C'est en réponse à cette symétrie que Mathilde et Sylvain proposent comme interventions principales "Sommes-nous en démocratie ?" ET "Il faut tout un village pour élever un enfant". Pour traiter les deux côtés de la médaille en même temps.

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Soyez calmes et attentifs (obéissants)... au milieu du chaos

On a vraiment un problème gravissime que l'on ne cesse ici de dénoncer...  Le courant (devenu véritable religion autoritaire) « bouddhisto-ésotérico-théosophique » s'instille de partout et dans toutes les âmes (grâce à des milliards de supports et moyens).

De plus en plus d'appartements et de maisons ressemblent intégralement à des produits APPLE, c'est-à-dire : froid, lustré, blanc, plastique, artificiel,... (il faut bien harmoniser son bureau et sa table-basse avec sa tablette et son téléphone), mais, il y aura trois ou quatre petits Bouddhas ici et là comme pour conjurer le sort, et, à côté de DVD de séries américaines, on trouve évidemment les livres de Christophe André et de Mathieu Ricard... Tout va bien. On médite. On se calme. Ça va passer. La solution à tout ce merdier se trouve : à l'intérieur de nous (le capitalisme n'existe pas)

Je vous laisse admirer la couverture suivante :

calme et attentif

Je préfère du Léandre Bergeron : « Elle n'est pas obéissante. Tant mieux pour elle. »

« École obligatoire », continuons la lutte

Nous allons poursuivre un peu le travail autour de l'idée d'école obligatoire (cet oxymore) que nous avions abordé dans le debunkage suivant avec Valentin : https://youtu.be/jcvLizhOPz8 et dans cet article. Et nous voudrions sonder si y'a des possibilités sur le terrain juridique. En effet, comment peut-il exister un tel écart entre ce qui est vraiment écrit dans le droit et ce qui est présent dans les consciences ? Nous pensons que la désinformation et la propagande atteignent des sommets en la matière. Nous voudrions obtenir le chiffre statistique du nombre de gens pensant que mettre son enfant à l'Éducation Nationale ou dans une structure/institution labélisée (Montessori, Steiner, Freinet,... LE CNED) est obligatoire. Je pense qu'il avoisine les 90% si ce n'est plus. Ainsi, je voudrais par ce billet interpeller les juristes qui pourraient tomber sur ce site. N'y a-t-il vraiment rien à faire juridiquement contre des personnes dépositaires d'une autorité publique qui parlent à longueur de micro d'école obligatoire ? Contre des maisons d'éditions à grand tirage (liées aux Pouvoirs) qui expliquent sans arret aux parents, aux enfants que l'école est obligatoire ? Peut-on à ce point-là librement désinformer les autres en situation d'autorité et de lobbying sur des questions aussi cruciales ? Pourquoi les très rares informations "grand public" sur la déscolarisation concernent seulement des cas de marginalité : Handicaps, enfants soi-disant "spéciaux", etc. ou de situations dites "en echec" ?

Nous allons aussi organiser des "micro-trottoir" sur ce thème.

 

sensortird

Crédit Photo originale : Par Khoyobegenn