I) « Tout mouvement de libération de l'homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.»

Ivan Illich

II) « L'oppression des enfants est première, et fondamentale. Elle est le moule de toutes les autres. »

Christiane Rochefort

III) « Quels enfants allons-nous laisser à la planète ? »

Jaime Semprun

IV) « Non plus créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école »

John Holt

V) « Notre principale menace aujourd'hui est le monopole mondial de domination scolaire sur l'esprit des hommes. »

Everett Reimer

VI) « Ce qui me paraît le plus insupportable, c'est que l'école me séparait de moi-même. »

Christian Bobin

VII) « Plus l’homme se connaît par la voie officielle, plus il s’aliène »

Raoul Vaneigem

VIII) « Je perçois l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire. »

Cornélius Castoriadis

IX) « Ce qui abrutit le peuple, ce n'est pas le défaut d'instruction mais la croyance en l'infériorité de son intelligence. »

Jacques Rancière

X) « Prisonnier de l'idéologie scolaire, l'être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l'école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. » Ivan Illich

XI) « Les hommes qui s'en remettent à une unité de mesure définie par d'autres pour juger de leur développement personnel, ne savent bientôt plus que passer sous la toise.» Ivan Illich

Site connexe : débordelisation.

LOGO 1 coul inv

Nexus

COUV NEXUS 108 WEBOn parle de nous (interview) dans le numéro 108 de Nexus de Jan/Fév 2017

Dossier « Déscolariser la société »

moinsOn a participé au dossier sur la déscolarisation du numéro 24 (août/sept 2016) du journal romand d'écologie : - Moins

L'école de la peur (texte complet)

ecoledelapeur

Attention aux méprises !

Nous ne sommes pas pour l'Instruction En Famille (IEF) sauf comme solution temporaire, celle-ci est inégalitaire et faire la part belle à une autre institution de l'ordre adulte presqu'autant problématique que l'école (si ce n'est plus !) Pourquoi toujours penser les choses en terme de systèmes fermés ?

Notre revendication se situe sur les communs et un monde ouvert : établir des écoles libres (chacun est libre d'y aller quand il veut), égalitaires (chacun peut intervenir pour enseigner), communales, citoyennes, gratuites, débarrassées de l'État, dans les espaces publics et communs, autogérées.

Bibliographie déscolarisation

Une société sans école
Ivan Illich
Mort de l'école
Everett Reimer
Le maître ignorant
Jacques Rancière
Comme des invitées de marque
Léandre Bergeron
Les apprentissages autonomes
John Holt
Pour décoloniser l'enfant
Gérard Mendel
Avertissement aux écoliers et aux lycéens
Raoul Vaneigem
Apprendre sans l'école
John Holt
Et je ne suis jamais allé à l'école
André Stern
La fin de l'éducation ? Commencements.
Jean-Pierre Lepri
Insoumission à l'école obligatoire
Catherine Baker
L'école de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure
Jean Foucambert
De l'éducation
Jiddu Krishnamurti
Pour l'abolition de l'enfance
Shulamith Firestone
L'école mutuelle, une pédagogie trop efficace ?
Anne Querrien
L'enfant et la raison d'Etat
Philippe Meyer
Le pédagogue n'aime pas les enfants
Henri Roorda
Les enfants d'abord
Christiane Rochefort
Les cahiers au feu
Catherine Baker
La fabrique de l'impuissance 2, l'école entre domination et émancipation
Charlotte Nordmann
La fabrique scolaire de l'histoire
Laurence de Cock et Emmanuelle Picard
L'école contre la vie
Edmond Gilliard
Libres enfants de Summerhill
A.S. Neill
Soumission à l'autorité
Stanley Milgram
Si j'avais de l'argent, beaucoup d'argent, je quitterais l'école
Une éducation sans école
Thierry Pardo
La véritable nature de l'enfant
Jan Hunt
C'est pour ton bien
Alice Miller
L'herméneutique du sujet
Michel Foucault
Ni vieux ni maîtres
Yves Le Bonniec et Claude Guillon
L'individu et les diplômes
Abel Faure
La domination adulte
Yves Bonnardel
Encore heureux qu'on va vers l'été
Christiane Rochefort
S'évader de l'enfance
John Holt
Inévitablement (après l'école)
Julie Roux

Article en avant

mamandeserie

Global larcin

Le monde est un grand larcin, un grand accaparement très diversifié, chacun son butin :

Les Élus volent le pouvoir.

Les universitaires volent l'université.

Les professeurs volent l'apprendre.

Les bibliothécaires volent les bibliothèques.

Les propriétaires volent la terre.

Les patrons volent la force de travail.

Les médecins volent la médecine.

Les médias volent l'information. ... etc. (S.R.)

Scolarisation du monde (le film)

schooling the worldAvec sous-titres Fr (bouton CC)

Outil n°1 pour lever le voile

etymosvignette

Les deux faces de la même médaille

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans un onglet

Article du 30/08/2015

Un document exceptionnel !

millecitations

Nos liens Illustrateurs

Émissions en direct sur une radio locale

LE MONDE ALLANT VERS..., un jeudi sur deux à 19h30, sur la petite radio locale : RADIO GRÉSIVAUDAN.

Vous pouvez écouter ces émissions en rejoignant le site internet de Radio Grésivaudan ou en ouvrant votre radio sur la bonne fréquence.

Générique de l'émission :

Participez en direct en appelant le :

04 76 08 91 91

Accéder aux archives des émissions sur le site de Radio Grésivaudan.

Et si la cause des causes était l'absence d'architecture spirituelle chez chacun ? --> Ecoutez l'émission sur "La Citadelle" :

Fallait oser...

« L'enfant a droit à une éducation gratuite et obligatoire. »

Charte des droits de l'enfant de l'UNESCO

Bossuet nous disait :

« Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

 Professeurs, déscolarisez-vous !

« Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. »

John Holt

Corollaire ou conclusion de cette idée de Holt : si on enseigne à l'E.N., c'est donc pour propagander, détourner, aliéner.

Sur le refus de parvenir

« Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la fonction abrutit. » Flaubert

*****

« Si nous voulons un monde nouveau, comment accepter de grimper, d'être reconnu par des institutions du vieux monde ? »
Marianne Enckell

Autres citations sur le refus de parvenir

Le corps enseignant ?

On parle toujours du « corps enseignant », mais jamais de son âme... C'est parce qu'il n'en a pas. Et s'il en avait une, ce serait évidemment celle, noire et vicieuse, de Jules Ferry.  S.R.

julesferryamenoireVoici le monsieur qui s'occupe de vos enfants !

descoetdroit

« L'éducation, avec son fer de lance qu'est le système de scolarité obligatoire, avec toutes ses carottes, ses bâtons, ses notes, ses diplômes et ses références, m'apparaît aujourd'hui comme la plus autoritaire et la plus dangereuse des inventions humaines. C'est la racine la plus profonde de l'état d'esclavage moderne et mondialisé dans lequel la plupart des gens ne se sentent rien d'autre que producteurs, consommateurs, spectateurs et fans, motivés de plus en plus, dans tous les aspects de leur vie, par l'appât du gain, l'envie et la peur. »

John Holt

Lien vers des centaines d'autres citations sur le sujet (mis à jour de teps en temps)

 
Avertissement
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 612

Le retour au balai !

L'extravagance du désir est la cause fondamentale qui a conduit le monde à sa difficile situation actuelle. Fukuoka - La Révolution d'un seul brin de paille.

balaiJe me fais donc NÉGUENTROPISTE afin qu'on s'entraide dans nos désirs. Oui, je vous propose qu'on marche ensemble pour chercher "la vie éternelle".

L'expression est lâchée : « la vie éternelle ». Voilà qu'un grand nombre d'entre-vous arrêtent tout net de me lire, dressés qu'ils ont été à mépriser tout ce qui leur semble appartenir au domaine du religieux. C'est commettre un sérieux impair : c'est oublier qu'entre le religieux débile qui rend bête et qui tue, et la vie de l'esprit qui sauve et qui élève, il y a juste une différence d'interprétation à partir d'un vocabulaire souvent identique. Je vous propose donc une interprétation néguentropique du concept de "vie éternelle", très différente des délires de certains croyants.

Qu'est-ce donc que « la vie éternelle » dont parlent les chrétiens ou autres croyants ? S'agit-il vraiment de vivre jusqu'à la fin des temps ? N'est-ce pas plutôt le fait de vivre comme l'être humain a toujours vécu et vivra toujours ? « La vie éternelle » n'est-ce pas tout simplement, cette vie, où nos désirs sont en accord avec la vie humaine d'hier, d'aujourd'hui, de demain et de toujours ? Cette vie où nos désirs ne sont jamais conjoncturels, liés à une époque particulière, mais en accord avec l'Idée de l'homme ?

Ceci étant dit, avant d'être attaqué de Stalinien ou d'intégriste, il me faut préciser que l'Idée de l'homme n'appartient à personne. Comme l'Idée de jaune, elle appartient au monde des Idées. Je ne dis point que celui qui voit du jaune dans un ciel rose doit être égorgé. Je souhaite juste qu'on discute plus souvent de l'Idée de l'homme (ça s'appelle philosopher).

« La vie éternelle », répétez donc cette expression et essayez d'entendre l'interprétation que je vous propose. L'entendez-vous ? « La vie éternelle »... entendez-vous comme cela peut vouloir dire : « La vie juste, donc la vraie vie » eu égard à cette phrase magique de Victor Hugo qui trône dans ma cuisine :

Homme, si tu veux savoir le vrai, cherche le juste ». Victor Hugo

Que faire pour cheminer vers « la vie éternelle » ? La pharmacologie et la néguentropie (en tant que pensée et praxis quotidiennes) ne sont-elles pas fondamentales pour avancer ? 

Les hommes ont-ils toujours eu un aspirateur ? En auront-ils toujours un ? L'aspirateur fait-il partie de « la vie éternelle » ? Il me semble qu'on peut objectivement penser que non. En revanche, attraper et lier entre eux certains végétaux secs bien choisis pour confectionner un balai, fut-il quand même un pharmakon, une prothèse, un organon, une invention, et donc une écriture, il me semble qu'on pourrait dire que le balai fait partie de cette « vie éternelle » dont je vous parle, contrairement à l'aspirateur tel qu'il est apparu dans ce qu'on nomme "la modernité".

Certains penseront : « Mais j'ai besoin de mon aspirateur ! Cela fait partie de mon confort lié à la modernité. Qu'est-ce que c'est que cet hurluberlu intégriste qui veut qu'on retourne à la bougie - au balai pardon !! -  dans les cavernes ! Et qu'on vive tous de la même manière !! Fasciste !! ». On observera donc que la pharmacologie et la néguentropie sont interdites à l'heure actuelle, chaque objet technique ayant sa valeur absolue et totemique (on peut donc se demander qui est réellement religieux dans le mauvais sens du mot)

[Lire les ouvrages de Jacques Ellul sur la Société technicienne]. Les objets techniques sont devenus "démoniaques" dans le sens étymologique du démoniaque rappelé par Jacques Ellul : ils prennent possession de l'esprit, ils nous passionnent.

Nous autoriser à faire de la pharmacologie ensemble, ça consisterait à redonner une valeur relative à chacun de nos objets, à prendre conscience (à ne pas oublier) que nos objets sont des pharmaka qui existent les uns par rapport aux autres et qu'ils n'ont donc rien d'absolu. Ça consisterait à arrêter de s'obnubiler par les faces remèdes de nos pharmaka, pour penser à fond toutes les toxicités afférentes (autant que nous sommes intéressés par les faces remèdes). Ainsi (mais ce type de raisonnement pharmacologique est faisable pour des milliards d'objets), l'aspirateur moderne est totalement fonction de la forme de l'habitat et des modes de vie actuels déterminés par le capitalisme. On peut donc se rendre compte facilement que l'association entre l'aspirateur moderne et l'idée de confort est fallacieuse (et on pourrait faire le même genre de cheminement pour des milliards d'objets). Si notre type d'habitat change, ainsi que notre rapport au temps, le plus confortable des deux peut devenir en un clin d'oeil : le balai, et ce, très loin devant !

Si votre habitat devient une petite maison carrée de 20 mètres-carrés (sur deux niveaux pourquoi pas), que le plancher est au même niveau que le pallier, que ça donne directement sur l'extérieur et que vous cultivez la sobriété (grâce justement à la pharmacologie et à la néguentropie), le balai deviendra infiniment plus confortable que l'aspirateur. Le petit-tas de poussière sera ramené devant la porte en un tournemain et en un éclair, ensuite vous ouvrez la porte et zou ! (même pas besoin de la pelle et de la balayette dans cette configuration).

Et le balai, vous ne trouvez pas qu'il appartient à « la vie éternelle », lui ? Depuis la nuit des temps, des hommes ont rassemblé certains végétaux secs entre eux pour "balayer" leur couche ou leur table. Les humains, s'ils se maintiennent sur la terre, ne le feront-ils pas jusqu'à la fin des temps ? Et l'aspirateur "moderne", lui, n'appartient-il pas seulement à une basse époque ?

Et celle-ci de phrase ? (qui trône dans ma bibliothèque) :

J'ai enlevé beaucoup de choses inutiles de ma vie et Dieu s'est rapproché pour voir ce qui se passait. Christian Bobin

Voulez-vous chercher cette « vie éternelle » avec moi ? Ou  bien continuer avec "l'extravagance du désir" où chaque pharmakon vient corriger un défaut engendré par le précédent, sans fin, vers toujours plus d'entropie, de maladie et de mort ? Je pense que faire de la pharmacologie et de la néguentropie ensemble est aussi important que de faire des ateliers constituants. Mais cela nous ramène encore au sujet principal de ce site : retrouver la convivialité et la rencontre, dans des communaux de la parole, dans des espaces communs (publics ?). Pour chercher ensemble « la vie éternelle » (si vous m'avez compris...)

Sylvain Rochex

P.S : Et comprenez-vous en quoi cette interprétation de "la vie éternelle" se confond magistralement in fine avec celle plus courante de ne pas mourir ?

ARTICLES AU HASARD

Réflexions philosophiques | 04 Déc 2016 15:10 | Sylvain Rochex
Dialectique de l'amitié

La notion revêt de plus en plus pour moi une dualité contrastée de plus en plus nette. Et finalement, comme toujours en philosophie, [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Réflexions philosophiques | 11 Mai 2017 11:15 | Sylvain Rochex
Le retour au balai !

La dissimulation de l’écocide : le triomphe du mensonge et de la propagande (par Nicolas Casaux)
http://partage-le.com/2017/05/la-dissimulation-de-lecocide-le-triomphe-du-mensonge-et-de-la-propagande/

Réflexions philosophiquesLire l'article
Vraie démocratie | 12 Juil 2015 10:56 | Sylvain Rochex
Le retour au balai !

J'avais publié pendant quelques jours l'appel pour le mouvement du 14 juillet 2015 qui présentait la survenue d'une Révolution [ ... ]

Vraie démocratieLire l'article
Réflexions philosophiques | 14 Fév 2015 23:00 |
Apprendre comme on respire

Un mot qui crée un gouffre immense dans nos convictions, qui nous fait chanceler par l'immense remise en question qu'il engendre : [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Déscolarisation.org | 01 Sep 2015 08:40 | Mathilde Anstett
La Terre est vidée de ses enfants

Et voilà…

La Terre a connu une chaude respiration estivale où enfin, toutes les parcelles de vie, forêts et clairières, petits [ ... ]

Déscolarisation.orgLire l'article
Vraie démocratie | 20 Jan 2017 14:05 | Sylvain Rochex
Cher Étienne (mail à Étienne Chouard), ce jour

Cher Étienne,

Un mot amical pour te dire que j'ai toujours la sensation que tu attaques le régime (Procès de l'élection, dénonciation [ ... ]

Vraie démocratieLire l'article
Other Articles

sensortird

Crédit Photo originale : Par Khoyobegenn