I) « Tout mouvement de libération de l'homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.»

Ivan Illich

II) « L'oppression des enfants est première, et fondamentale. Elle est le moule de toutes les autres. »

Christiane Rochefort

III) « Quels enfants allons-nous laisser à la planète ? »

Jaime Semprun

IV) « Non plus créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école »

John Holt

V) « Notre principale menace aujourd'hui est le monopole mondial de domination scolaire sur l'esprit des hommes. »

Everett Reimer

VI) « Ce qui me paraît le plus insupportable, c'est que l'école me séparait de moi-même. »

Christian Bobin

VII) « Plus l’homme se connaît par la voie officielle, plus il s’aliène »

Raoul Vaneigem

VIII) « Je perçois l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire. »

Cornélius Castoriadis

IX) « Ce qui abrutit le peuple, ce n'est pas le défaut d'instruction mais la croyance en l'infériorité de son intelligence. »

Jacques Rancière

X) « Prisonnier de l'idéologie scolaire, l'être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l'école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. » Ivan Illich

XI) « Les hommes qui s'en remettent à une unité de mesure définie par d'autres pour juger de leur développement personnel, ne savent bientôt plus que passer sous la toise.» Ivan Illich

Site connexe : débordelisation.

LOGO 1 coul inv

Nexus

COUV NEXUS 108 WEBOn parle de nous (interview) dans le numéro 108 de Nexus de Jan/Fév 2017

Dossier « Déscolariser la société »

moinsOn a participé au dossier sur la déscolarisation du numéro 24 (août/sept 2016) du journal romand d'écologie : - Moins

L'école de la peur (texte complet)

ecoledelapeur

Attention aux méprises !

Nous ne sommes pas pour l'Instruction En Famille (IEF) sauf comme solution temporaire, celle-ci est inégalitaire et faire la part belle à une autre institution de l'ordre adulte presqu'autant problématique que l'école (si ce n'est plus !) Pourquoi toujours penser les choses en terme de systèmes fermés ?

Notre revendication se situe sur les communs et un monde ouvert : établir des écoles libres (chacun est libre d'y aller quand il veut), égalitaires (chacun peut intervenir pour enseigner), communales, citoyennes, gratuites, débarrassées de l'État, dans les espaces publics et communs, autogérées.

Bibliographie déscolarisation

Une société sans école
Ivan Illich
Mort de l'école
Everett Reimer
Le maître ignorant
Jacques Rancière
Comme des invitées de marque
Léandre Bergeron
Les apprentissages autonomes
John Holt
Pour décoloniser l'enfant
Gérard Mendel
Avertissement aux écoliers et aux lycéens
Raoul Vaneigem
Apprendre sans l'école
John Holt
Et je ne suis jamais allé à l'école
André Stern
La fin de l'éducation ? Commencements.
Jean-Pierre Lepri
Insoumission à l'école obligatoire
Catherine Baker
L'école de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure
Jean Foucambert
De l'éducation
Jiddu Krishnamurti
Pour l'abolition de l'enfance
Shulamith Firestone
L'école mutuelle, une pédagogie trop efficace ?
Anne Querrien
L'enfant et la raison d'Etat
Philippe Meyer
Le pédagogue n'aime pas les enfants
Henri Roorda
Les enfants d'abord
Christiane Rochefort
Les cahiers au feu
Catherine Baker
La fabrique de l'impuissance 2, l'école entre domination et émancipation
Charlotte Nordmann
La fabrique scolaire de l'histoire
Laurence de Cock et Emmanuelle Picard
L'école contre la vie
Edmond Gilliard
Libres enfants de Summerhill
A.S. Neill
Soumission à l'autorité
Stanley Milgram
Si j'avais de l'argent, beaucoup d'argent, je quitterais l'école
Une éducation sans école
Thierry Pardo
La véritable nature de l'enfant
Jan Hunt
C'est pour ton bien
Alice Miller
L'herméneutique du sujet
Michel Foucault
Ni vieux ni maîtres
Yves Le Bonniec et Claude Guillon
L'individu et les diplômes
Abel Faure
La domination adulte
Yves Bonnardel
Encore heureux qu'on va vers l'été
Christiane Rochefort
S'évader de l'enfance
John Holt
Inévitablement (après l'école)
Julie Roux

Article en avant

mamandeserie

Global larcin

Le monde est un grand larcin, un grand accaparement très diversifié, chacun son butin :

Les Élus volent le pouvoir.

Les universitaires volent l'université.

Les professeurs volent l'apprendre.

Les bibliothécaires volent les bibliothèques.

Les propriétaires volent la terre.

Les patrons volent la force de travail.

Les médecins volent la médecine.

Les médias volent l'information. ... etc. (S.R.)

Scolarisation du monde (le film)

schooling the worldAvec sous-titres Fr (bouton CC)

Outil n°1 pour lever le voile

etymosvignette

Les deux faces de la même médaille

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans un onglet

Article du 30/08/2015

Un document exceptionnel !

millecitations

Nos liens Illustrateurs

Émissions en direct sur une radio locale

LE MONDE ALLANT VERS..., un jeudi sur deux à 19h30, sur la petite radio locale : RADIO GRÉSIVAUDAN.

Vous pouvez écouter ces émissions en rejoignant le site internet de Radio Grésivaudan ou en ouvrant votre radio sur la bonne fréquence.

Générique de l'émission :

Participez en direct en appelant le :

04 76 08 91 91

Accéder aux archives des émissions sur le site de Radio Grésivaudan.

Et si la cause des causes était l'absence d'architecture spirituelle chez chacun ? --> Ecoutez l'émission sur "La Citadelle" :

Fallait oser...

« L'enfant a droit à une éducation gratuite et obligatoire. »

Charte des droits de l'enfant de l'UNESCO

Bossuet nous disait :

« Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

 Professeurs, déscolarisez-vous !

« Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. »

John Holt

Corollaire ou conclusion de cette idée de Holt : si on enseigne à l'E.N., c'est donc pour propagander, détourner, aliéner.

Sur le refus de parvenir

« Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la fonction abrutit. » Flaubert

*****

« Si nous voulons un monde nouveau, comment accepter de grimper, d'être reconnu par des institutions du vieux monde ? »
Marianne Enckell

Autres citations sur le refus de parvenir

Le corps enseignant ?

On parle toujours du « corps enseignant », mais jamais de son âme... C'est parce qu'il n'en a pas. Et s'il en avait une, ce serait évidemment celle, noire et vicieuse, de Jules Ferry.  S.R.

julesferryamenoireVoici le monsieur qui s'occupe de vos enfants !

descoetdroit

« L'éducation, avec son fer de lance qu'est le système de scolarité obligatoire, avec toutes ses carottes, ses bâtons, ses notes, ses diplômes et ses références, m'apparaît aujourd'hui comme la plus autoritaire et la plus dangereuse des inventions humaines. C'est la racine la plus profonde de l'état d'esclavage moderne et mondialisé dans lequel la plupart des gens ne se sentent rien d'autre que producteurs, consommateurs, spectateurs et fans, motivés de plus en plus, dans tous les aspects de leur vie, par l'appât du gain, l'envie et la peur. »

John Holt

Lien vers des centaines d'autres citations sur le sujet (mis à jour de teps en temps)

 

Comment ça, c'est comme ça???

pipeC'est comme ça: la terre a vu, en peu de temps pulluler à sa surface  des bâtiments scolaires tous identiques, des mairies au centre névralgique des villages avec des élus qui fourmillent dedans et autour,  la terre est découpée en petits fragments insignifiants de propriétés individuelles, clôturés et distincts les uns des autres par des frontières matérielles bien marquées.

C'est comme ça: en quelques deux cent ans, la terre a été scarifiée par des voies goudronnées empruntées par un flux quasi continu de véhicules crachant une poussière toxique, par un réseau gigantesque de fils mortels émanant d'un cœur d'uranium doté d'une force de destruction sans pareille.

C'est comme ça.

Les femmes aujourd'hui lisent des magazines, et sont encouragées par une belle congénère souriante  en papier glacé, à nourrir leur enfant avec une poudre blanche dans une boîte en aluminium. Ou elles s'assoient sur leur canapé et alors que leur pensée se relâche des pressions de la journée, l'image d'une housse de téléphone portable léopard, ou d'une barquette de carottes râpées avec de la sauce toute prête dans une boîte de plastique s'immisce dans leur esprit : la télé est allumée. Demain, il faudra bien aller travailler pour acheter tout ça.

C'est comme ça !

Monsieur le notaire a dit que le droit de préférence était octroyé à Mme Glubion, la secrétaire de mairie affirme qu'il faut le récipissé F-4510 et une attestation d'assurance pour l'agence de l'eau, on ne peut pas commencer les travaux car le voisin - qui est du métier ! - a dit qu'on ne doit pas dépasser une extension de plus de 32 m², il manque une signature en bas à droite DONC toutes les procédures sont en suspens, le banquier a affirmé que c'est un livret d'épargne avantageux il doit avoir de bon motifs, il paraît que cette marque de lunettes est incomparable (elle porte le label KBI-Mountain), non on ne plantera pas de haricots dans la copropriété cette année il faut attendre l'AG qui est au mois de novembre, créer une association et désigner un président, le docteur Vladik a affirmé que la dernière molécule de benzothéine est particulièrement efficace contre les flatulences nocturnes, dans le cadre des droits et devoirs attachés à la perception du revenu de solidarité active précisé par l'article L 262-28 du code de l'action et des familles, vous êtes tenue de rechercher un emploi, d'entreprendre les démarches nécessaires pour une insertion sociale et professionnelle, le lundi il faut se lever tôt pour aller à l'école, demain il faut aller voter parce que, parce que, parce que…

C'EST COMME ÇA !!!!

Le « c'est comme ça », c'est la résignation du monde, la fin de la curiosité et de l'action spontanée d'un être ou d'un collectif, l'écrasement de nos élans par le poids des conventions, l'acceptation totale d'un schéma de pensée donné.

« C'est comme ça » : le diplôme attestant l'aboutissement de la scolarisation, autrement dit la dispersion de l'imagination et du rêve dans les détails de l'existence. Le « C'est comme ça » tamponne sur nos fronts, à la manière automatique des employés de poste qui valident le courrier, les schémas du vieux monde au détriment de nos propres volontés.

Pourtant, la matière du monde d'aujourd'hui a d'abord été façonnée par l'esprit des hommes d'hier, puis par leurs mains. A ceci prêt que ceux qui conçoivent ne sont pas ceux qui réalisent, hier comme aujourd'hui. Ceux qui réalisaient disaient déjà, peut-être, soumis à la pensée des décideurs d'alors : « C'est comme ça », leur pensée propre étant gelée par la volonté d'expansion de l'esprit de ceux qui leur imposaient leurs vues.

Dans le monde des hommes, chaque institution, chaque loi, chaque bâtiment, ruelle, chaque prairie pâturée, jusqu'au lit des rivières  dans les contrées façonnées par l'homme, chacun des rôles social tenus par nous, chacun des codes de conduite résulte d'une pensée mise en œuvre par une volonté humaine, et ancrée dans la matière par divers moyens. Nous n'avons bien souvent pas conscience que la «normalité» s'est construite peu à peu, par la réalisation de la pensée de quelques-uns, qui se sont emparés du pouvoir d'agir sur la matière et sur le monde. Chaque banalité quotidienne, une bouteille de jus de fruits qui fait clac quand on dévisse le couvercle, une feuille de papier blanche A4, un panneau de signalisation, l'anodin « Et ce sera tout ? » qui coule innocemment  de la bouche de vendeuse, chaque petite chose appartient à un système de pensée plus vaste et s'inscrit dans une logique particulière.

L'évidence de la matière nous saute aux yeux et nous imprègne, et on a tendance à oublier qu'historiquement, tous ces objets, tous ces codes, tous ces aménagements sont le fruit de volontés et réflexions humaines, que rien n'est juste « comme ça », mais le piètre résultat d'un long processus. Un voyageur du Moyen-Âge siècle visitant curieusement le XXIème siècle n'aurait pas cette petite formule toute faite dans la bouche pour exorciser la folie du monde moderne, mais resterait pantois et tremblottant devant ce qui parait l'évidence pour un trop grand nombre.

Alors, s'il en a été autrement, hier, pourquoi n'en serait-il pas de même, demain? Pourrait-on partir de ce postulat, plutôt qu'immobiliser sans cesse toute volonté indépendante par des formules aigrelettes du type « C'est comme ça ma bonne dame! »?

Tout les petits faits, gestes et pensées qu'on pourrait décrire sans fin, qui constituent notre univers mental, prennent confortablement place dans le monde marchand, ultra hiérarchisé et individualiste d'aujourd'hui, construit par quelques-uns, et qui pour naître au monde détruit méthodiquement les cohésions des groupes et les innombrables autres modes de pensée, de façon quasi totale, partout sur le globe. Pendant que certains prospèrent (?) dans cet état de fait, nous sommes chaque jour plus nombreux à nous tordre sous le poids des conventions et des agaçants « c'est comme ça »; et cette énergie à nous démener tant bien que mal freine nos aspirations profondes et nos potentiels pourtant si prometteurs!

Bien sur, rien d'étonnant, pas de nouveauté, dans cette affirmation que la société d'aujourd'hui est le résultat des pensées et actions des hommes d'hier. La question est de savoir qui a pris part à la création de ce système de pensée, et si nous avons, de fait, la liberté et le choix de le transformer pour le rendre conforme à nos rêves. Qui a écrit les lois? Peut-on les réviser si elles ne nous conviennent pas ou sont-elles à jamais sclérosées, ou manipulables à souhait par une seule caste d'élus privilégiés??? L'imagination individuelle et collective est-elle mise à profit pour construire chaque jour le monde des hommes?

Avons-nous choisi d'élire des chefs qui décident pour nous de la gestion de l'eau, de l'air, des forêts et des hommes? Avons-nous choisi d'aller à l'école? Je ne parle pas seulement de choix individuels, mais aussi de choix collectifs. Avons-nous choisi de vouer notre esprit au culte de l'argent, du divertissement et de la futilité plutôt qu'à l'enrichissement des différents potentiels humains? Avons-nous ensemble le choix de s'extraire du système de pensée en place, si celui-ci ne nous correspond pas? Le choix de penser nous-mêmes le monde et de le réaliser comme on l'aura rêvé? Au-delà des mots fantômes qui flottent, vides de contenu, en mirages sur nos existences: liberté, égalité, fraternité..., pouvons-nous librement inscrire dans la matière d'autres modes d'être? Un petit groupe d'hommes a confisqué, depuis belle lurette, le pouvoir décisionnaire de chacun, et mène le chariot de la société humaine à son bon vouloir. Embarqués de force dans le train de leur logique, la vitesse et la direction pourra -peut-être ? - nous paraître un temps des plus « normales », ou confortable, par accoutumance progressive. Mais si l'on veut marcher, et prendre une autre direction, le train s'arrêtera-il pour nous laisser descendre et poser le pied sur l'herbe???

Chaque personne, chaque groupe qui s'échappe du train inscrit dans le monde de nouvelles trajectoires, et permet, en retour, l'existence d'autres formes de pensée. Matière et esprit vont de pair, intriqués l'un dans l'autre comme deux amants.

L'évidence est un leurre. Rien ne devrait être pris pour acquis dans le monde des hommes. Tout est en construction permanente, et chacun d'entre nous a sa pensée propre, petite flamme unique, fragile et décidée, à fournir au monde. Nous sommes piégés par le fait qu'un vieux système de pensée, qui se réalise chaque jour dans la matière, et qui sied à un trop petit nombre, se prolonge depuis trop lontemps, laissant l'amère impression d'une immuabilité du monde. La vie est création permanente, n'en déplaise à ceux qui ont trouvé refuge dans l'immobilisme et la conformité, nous irons de l'avant et inventerons pour demain d'autres rêves à expérimenter dans le monde pour accorder sans cesse nos vies à la musique mouvante du Cosmos.

 

ARTICLES AU HASARD

Terre et permaculture | 21 Mai 2015 11:22 | Sylvain Rochex
La punk réaction, un désastre

Bien-sûr que non, nous ne sommes pas uniquement contre les Profs. Non, nous ne pensons pas qu'ils sont responsables de tous les [ ... ]

Terre et permacultureLire l'article
Déscolarisation.org | 29 Mar 2015 18:56 | Sylvain Rochex
Message de bienvenue

Bienvenue à toi déscolarisé, futur déscolarisé ou déscolarisateur.

Bienvenue à toi, [ ... ]

Déscolarisation.orgLire l'article
Humour | 12 Sep 2015 08:51 | Sylvain Rochex
Autogouvernement et ... AUTOÉCOLE !! ... heu...

Et je rajouterais qu'il nous faudrait enfin, notre propre mobile !

Oui, Camarades ! Il nous faut notre AUTOMOBILE ! Heu... Bon fait [ ... ]

HumourLire l'article
Réflexions philosophiques | 23 Oct 2017 08:38 | Sylvain Rochex
Interdits de vivre

Interdit de vivre. Nous sommes interdits de vivre. Quand allons-nous oser l'affirmer, le marteler, collectivement, jusqu'à ce que [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Au tribunal ! | 12 Fév 2015 14:07 | Sylvain Rochex
Délibéré du procès du 22 janvier 2015 : Condamné !

La répression qui frappe le rebelle libertaire s’abat sur tous les hommes. Raoul Vaneigem

Je suis déçu, je pensais que le juge [ ... ]

Au tribunal !Lire l'article
Radio | 23 Mar 2017 10:27 | Mathilde Anstett
La punk réaction, un désastre

Ce jeudi 23 mars 2017, comme tous les 15 jours, vous pouvez nous retrouver en direct sur Radio Grésivaudan pour une nouvelle émission [ ... ]

RadioLire l'article
Other Articles

sensortird

Crédit Photo originale : Par Khoyobegenn