I) « Tout mouvement de libération de l'homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.»

Ivan Illich

II) « L'oppression des enfants est première, et fondamentale. Elle est le moule de toutes les autres. »

Christiane Rochefort

III) « Quels enfants allons-nous laisser à la planète ? »

Jaime Semprun

IV) « Non plus créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école »

John Holt

V) « Notre principale menace aujourd'hui est le monopole mondial de domination scolaire sur l'esprit des hommes. »

Everett Reimer

VI) « Ce qui me paraît le plus insupportable, c'est que l'école me séparait de moi-même. »

Christian Bobin

VII) « Plus l’homme se connaît par la voie officielle, plus il s’aliène »

Raoul Vaneigem

VIII) « Je perçois l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire. »

Cornélius Castoriadis

IX) « Ce qui abrutit le peuple, ce n'est pas le défaut d'instruction mais la croyance en l'infériorité de son intelligence. »

Jacques Rancière

X) « Prisonnier de l'idéologie scolaire, l'être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l'école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. » Ivan Illich

XI) « Les hommes qui s'en remettent à une unité de mesure définie par d'autres pour juger de leur développement personnel, ne savent bientôt plus que passer sous la toise.» Ivan Illich

News

COUV NEXUS 108 WEBOn parle de nous (interview) dans le numéro 108 de Nexus de Jan/Fév 2017

Dossier « Déscolariser la société »

moinsOn a participé au dossier sur la déscolarisation du numéro 24 (août/sept 2016) du journal romand d'écologie : - Moins

L'école de la peur (texte complet)

ecoledelapeur

Attention aux méprises !

Nous ne sommes pas pour l'Instruction En Famille (IEF) sauf comme solution temporaire, celle-ci est inégalitaire et faire la part belle à une autre institution de l'ordre adulte presqu'autant problématique que l'école (si ce n'est plus !) Pourquoi toujours penser les choses en terme de systèmes fermés ?

Notre revendication se situe sur les communs et un monde ouvert : établir des écoles libres (chacun est libre d'y aller quand il veut), égalitaires (chacun peut intervenir pour enseigner), communales, citoyennes, gratuites, débarrassées de l'État, dans les espaces publics et communs, autogérées.

Bibliographie déscolarisation

Une société sans école
Ivan Illich
Mort de l'école
Everett Reimer
Le maître ignorant
Jacques Rancière
Comme des invitées de marque
Léandre Bergeron
Les apprentissages autonomes
John Holt
Pour décoloniser l'enfant
Gérard Mendel
Avertissement aux écoliers et aux lycéens
Raoul Vaneigem
Apprendre sans l'école
John Holt
Et je ne suis jamais allé à l'école
André Stern
La fin de l'éducation ? Commencements.
Jean-Pierre Lepri
Insoumission à l'école obligatoire
Catherine Baker
L'école de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure
Jean Foucambert
De l'éducation
Jiddu Krishnamurti
Pour l'abolition de l'enfance
Shulamith Firestone
L'école mutuelle, une pédagogie trop efficace ?
Anne Querrien
L'enfant et la raison d'Etat
Philippe Meyer
Le pédagogue n'aime pas les enfants
Henri Roorda
Les enfants d'abord
Christiane Rochefort
Les cahiers au feu
Catherine Baker
La fabrique de l'impuissance 2, l'école entre domination et émancipation
Charlotte Nordmann
La fabrique scolaire de l'histoire
Laurence de Cock et Emmanuelle Picard
L'école contre la vie
Edmond Gilliard
Libres enfants de Summerhill
A.S. Neill
Soumission à l'autorité
Stanley Milgram
Si j'avais de l'argent, beaucoup d'argent, je quitterais l'école
Une éducation sans école
Thierry Pardo
La véritable nature de l'enfant
Jan Hunt
C'est pour ton bien
Alice Miller
L'herméneutique du sujet
Michel Foucault
Ni vieux ni maîtres
Yves Le Bonniec et Claude Guillon
L'individu et les diplômes
Abel Faure
La domination adulte
Yves Bonnardel
Encore heureux qu'on va vers l'été
Christiane Rochefort
S'évader de l'enfance
John Holt
Inévitablement (après l'école)
Julie Roux

Article en avant

mamandeserie

Global larcin

Le monde est un grand larcin, un grand accaparement très diversifié, chacun son butin :

Les Élus volent le pouvoir.

Les universitaires volent l'université.

Les professeurs volent l'apprendre.

Les bibliothécaires volent les bibliothèques.

Les propriétaires volent la terre.

Les patrons volent la force de travail.

Les médecins volent la médecine.

Les médias volent l'information. ... etc. (S.R.)

Scolarisation du monde (le film)

schooling the worldAvec sous-titres Fr (bouton CC)

Outil n°1 pour lever le voile

etymosvignette

Les deux faces de la même médaille

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans un onglet

Article du 30/08/2015

Un document exceptionnel !

millecitations

Nos liens Illustrateurs

Émissions en direct sur une radio locale

LE MONDE ALLANT VERS..., un jeudi sur deux à 19h30, sur la petite radio locale : RADIO GRÉSIVAUDAN.

Vous pouvez écouter ces émissions en rejoignant le site internet de Radio Grésivaudan ou en ouvrant votre radio sur la bonne fréquence.

Générique de l'émission :

Participez en direct en appelant le :

04 76 08 91 91

Accéder aux archives des émissions sur le site de Radio Grésivaudan.

Et si la cause des causes était l'absence d'architecture spirituelle chez chacun ? --> Ecoutez l'émission sur "La Citadelle" :

Fallait oser...

« L'enfant a droit à une éducation gratuite et obligatoire. »

Charte des droits de l'enfant de l'UNESCO

Bossuet nous disait :

« Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

 Professeurs, déscolarisez-vous !

« Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. »

John Holt

Corollaire ou conclusion de cette idée de Holt : si on enseigne à l'E.N., c'est donc pour propagander, détourner, aliéner.

Sur le refus de parvenir

« Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la fonction abrutit. » Flaubert

*****

« Si nous voulons un monde nouveau, comment accepter de grimper, d'être reconnu par des institutions du vieux monde ? »
Marianne Enckell

Autres citations sur le refus de parvenir

Le corps enseignant ?

On parle toujours du « corps enseignant », mais jamais de son âme... C'est parce qu'il n'en a pas. Et s'il en avait une, ce serait évidemment celle, noire et vicieuse, de Jules Ferry.  S.R.

julesferryamenoireVoici le monsieur qui s'occupe de vos enfants !

descoetdroit

« L'éducation, avec son fer de lance qu'est le système de scolarité obligatoire, avec toutes ses carottes, ses bâtons, ses notes, ses diplômes et ses références, m'apparaît aujourd'hui comme la plus autoritaire et la plus dangereuse des inventions humaines. C'est la racine la plus profonde de l'état d'esclavage moderne et mondialisé dans lequel la plupart des gens ne se sentent rien d'autre que producteurs, consommateurs, spectateurs et fans, motivés de plus en plus, dans tous les aspects de leur vie, par l'appât du gain, l'envie et la peur. »

John Holt

Lien vers des centaines d'autres citations sur le sujet (mis à jour une fois par mois)

 

Interdits de vivre

mammonInterdit de vivre. Nous sommes interdits de vivre. Quand allons-nous oser l'affirmer, le marteler, collectivement, jusqu'à ce que le mur tombe ? Quand allons-nous nous concentrer ensemble sur ce point au lieu de nous disperser et de servir la loi de l'argent ?

C'est nous, nos vies à chacun et à tous, ou bien les banques. L'un ou l'autre. Eh bien, ce sera les banques !
 
Quand tu regardes les lois — car l'éveillé regarde les lois, il les contemple comme pur joyau du mal, comme expression pur du mal — l'information peu à peu rentre en toi, horrifié, terrifié, le constat s'impose : il est absolument, totalement, interdit de vivre, seules comptent les banques et la loi de l'argent.

Toutes les lois concourent, convergent, s'agencent, se structurent, se répondent, s'entrelacent, s'harmonisent, s'imbriquent, se superposent, se maximisent, se connectent, se renforcent, au service d'une seule en définitive : celle de l'argent. Le but des lois EST la loi de l'argent.

Toutes les lois sont là pour installer des cadenas, des apories, des impasses, sur tous les chemins de vie imaginables. Si on veut que les gens suivent la loi de l'argent, et uniquement elle, il faut les bloquer sur la totalité des points où ils pourraient choisir la vie plutôt que l'argent. Toutes les lois forment donc un système qui sert à structurer le réel avec des milliards et des milliards d'impasses et de voies de retournement, permettant de ramener chacun d'entre-nous sur les grands boulevards du fric.
Et il ne s'agit pas qu'il manque un seul verrou, car si un seul venait à manquer, ça ferait comme un trou dans une bulle d'air. C'est pour ça que les gouvernements s'échinent à édicter tous les jours de nouvelles lois afin de (re)boucher tout de suite le moindre trou en train d'apparaître — et c'est pour cela que le volume de nos lois ne cessent de croître de façon exorbitante depuis des lustres —.

Tout ça fonctionne car la masse des individus ne s'aventure pas, n'essaye même pas et reste sur les grands boulevards du fric. La vie a été remplacée intégralement par la loi de l'argent. La loi de l'argent est donc leur milieu, ils sont donc dans la loi de l'argent comme des poissons dans l'eau de l'océan.
Car s'ils savaient — (de sapio, sapiens) — à quel point ils sont radicalement interdits de vivre, le statu-quo de la loi de l'argent s'effondrerait instantanément.

 
Celui qui ne s'essaie pas à vivre et qui fait ce qu'il convient de faire (pour la loi de l'argent toujours !), et qui dit ce qu'il convient de dire (pour la loi de l'argent toujours !) ne peut pas comprendre ce que j'exprime ici. Car sur les grands boulevards du fric, tout reste globalement fluide et apparemment facile. Si vous suivez la loi de l'argent, vous évoluez dans le monde avec ce qui est autorisé. Vous êtes donc constamment autorisé, vous avez le droit de. La courbe de progression de vos droits se superpose en touts points à la courbe de progression de votre allégeance à la loi de l'argent. Quand vous êtes totalement soumis à la loi de l'argent, vous avez TOUS les droits (et réciproquement, quand vous êtes totalement opposé à la loi de l'argent, vous n'en avez aucun).
Quand vous suivez la loi de l'argent, toutes vos actions rentrent comme dans du beurre laissé en plein soleil, ce qui a pour effet de conforter votre sensation d'être dans le vrai, le juste et le beau et vous finissez par aimer la loi de l'argent puisque grâce à elle toutes les portes s'ouvrent. Il est donc très facile de confondre la loi de l'argent avec la loi de la vie puisque au premier abord : droits, avantages, privilèges, fluidité, réussite, possessions, jouissances, et mouvements, tout cela nous évoque organiquement la vie MAIS : « Le diable transporta Jésus encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire et lui dit: "Je te donnerai tout cela, si tu te prosternes pour m'adorer." » (Matthieu 4.1-11 : tentations de Jésus).
En adorant Satan : on réussit ! La gloire du monde est pour nous ! Bingo !

De la même manière, il est très facile de prendre les cruelles difficultés qu'on ressent quand on prend le chemin de vie pour le signe d'une erreur d'orientation et de jugement. Effectivement, si faire le choix de la vie, nous mène constamment dans l'impasse, le constat est rude et mortel... MAIS aussi mortel que Jésus mourut sur sa croix, lequel comme chacun sait, n'est PAS mort car il a ressuscité. Car c'est cela la résurrection du christ : choisir la vie qui est en apparence la mort, c'est-à-dire l'impasse, car la vie s'oppose à la loi du monde qui est la loi de Satan.

Car, si on choisit la vie, c'est bien la vie que nous obtiendrons, même si les apparences sont toujours trompeuses. C'est aussi pour cela qu'il est écrit : Les premiers seront les derniers, et les derniers seront les premiers.
Et c'est aussi pour toutes ces raisons que le texte des béatitudes est un des plus suprêmes. Les béatitudes auraient pu contenir l'assertion suivante : Heureux celui qui est dans l'impasse, car il aura un boulevard.
 
Le mouvement pour la vie qui se dessine est donc clair : œuvrer pour qu'il y ait toujours moins de monde sur les grands boulevards du fric et qu'on soit toujours plus nombreux face aux impasses et qu'on mette fin du même coup au déni et à la dénégation de ce qui nous fait face.
 
Et il y a des sujets pour lesquels l'absurdité du mal est particulièrement prégnante et caricaturale. La rencontre humaine, l'expression, le partage en est un, l'habitat, un autre.
 
Prenons l'habitat (étant donné que je parle encore plus fréquemment du sujet de la rencontre humaine).
Concernant l'habitat, TOUTES nos lois ne concourent qu'à une seule chose : amener tout le monde, soit à vendre sa force de travail en s'aliénant dans un rôle pendant au moins 20 ans et/ou à prendre un crédit dans une banque pour le seul fait d'avoir un toit sur la tête.
 
Même si je suis à l'écrit, je vais répéter à l'identique ce que je viens d'écrire pour être sûr que vous le lisiez deux fois : "Concernant l'habitat, toutes nos lois ne concourent qu'à une seule chose : amener tout le monde, soit à vendre sa force de travail en s'aliénant dans un rôle pendant au moins 20 ans et/ou à prendre un crédit dans une banque pour le seul fait d'avoir un toit sur la tête."
 
Comment se fait-il que nous ne parvenons pas à nous focaliser collectivement sur ce point ABSURDE et gorgé de mal jusqu'à la lie ?! Comment se fait-il qu'un PEUPLE accepte cet état de chose scandaleux au dernier degré ?! Comment se fait qu'individuellement et collectivement nous acceptons que nos vies soient offertes aux banques et aux capitalistes uniquement par le truchement de lois absurdes qui empêchent de vivre ?

​Quiconque quitte les boulevards du fric et la loi de l'argent pour chercher la vie fera le même parcours concernant l'habitat. Les notions rencontrées au travers des lois seront toujours les mêmes : terrain agricole ou naturel, abri de jardin, « abri de moins de 20² », « abri moins de 5m²»,  « En tant qu'agriculteur », « Qu'a-t-on le droit de faire sur un terrain non-constructible ? », caravane, roulotte, camion, yourte, tipis, pilotis, "flottant", prérogatives du maire, ...

​Nous sommes des centaines de milliers, chercheurs de vie, à ​manipuler constamment ces notions dans tous les sens, à la recherche de LA solution, de LA bonne stratégie, alors qu'il n'y en a pourtant aucune. Car s'il y en avait une, tous les chercheurs de vie s'y seraient engouffrés depuis longtemps et tout le monde aurait fini par suivre. Pourquoi se refuser ce constat mortel ? Parce que ça fait trop mal au cœur ?
Concernant l'habitat, toutes les lois concourent JUSQU’À L'ABSURDE COMPLET, à ce que nous soyons tous radicalement INTERDITS DE VIVRE.
Si nous pouvions vivre, si nous pouvions quitter la loi de l'argent, s'il y avait une seule solution LÉGALE viable : tout le monde s'y engouffrerait, et ça ferait comme je le disais : un trou dans la bulle d'air, irrécupérable pour la loi de l'argent et des banques.
 
Et puis pourquoi faisons-nous à ce point-là les niais et les naïfs ? Nous savons bien que depuis des lustres, d'autres, avant nous, ont essayé de faire apparaître des trous et que c'est justement leurs actes qui ont permis, pour les gouvernements, de mettre au point de nouvelles lois afin de créer les nouvelles impasses nécessaires au maintien de la loi de l'argent.
A chaque nouveau commencement de trou vers le chemin de vie, en réaction, une nouvelle lois vient y mettre un terme instantanément.
 
On retrouve donc le même problème psychologique (individuel et collectif) que pour les autres sujets : tant que les individus ne valident pas l'horreur absolue et abyssale de la situation et continuent avec les illusions et le déni, ça continuera. Tant que les individus n'auront pas le courage de brandir sans faiblir, sans fléchir, cette certitude que nous sommes radicalement interdits de vivre, et que nous vivons dans la pire dictature qui soit depuis la nuit des temps, rien de bougera d'un iota. Car ce système vit de notre tendance à nous satisfaire de l'illusion de vie. Tant que nous ne serons pas un nombre substantiel-critique à affirmer que la vie est autre chose que l'état de chose actuel, rien de bougera. Tant que nous nous satisferons, même bon an mal an, de l'état de chose, rien ne bougera. Tant qu'il n'existera pas en chacun de nous un incommensurable NON, PERMANENT, rien ne bougera.
 
Rien ne bougera : la réalité restera opposée à la vie et à l'amour.
La réalité restera la matérialisation constante de la loi de l'argent. Nous continuerons de vivre en Enfer.
 
Sylvain Rochex, 19 octobre 2017.​

sensortird

Crédit Photo originale : Par Khoyobegenn