I) « Tout mouvement de libération de l'homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.»

Ivan Illich

II) « L'oppression des enfants est première, et fondamentale. Elle est le moule de toutes les autres. »

Christiane Rochefort

III) « Quels enfants allons-nous laisser à la planète ? »

Jaime Semprun

IV) « Non plus créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école »

John Holt

V) « Notre principale menace aujourd'hui est le monopole mondial de domination scolaire sur l'esprit des hommes. »

Everett Reimer

VI) « Ce qui me paraît le plus insupportable, c'est que l'école me séparait de moi-même. »

Christian Bobin

VII) « Plus l’homme se connaît par la voie officielle, plus il s’aliène »

Raoul Vaneigem

VIII) « Je perçois l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire. »

Cornélius Castoriadis

IX) « Ce qui abrutit le peuple, ce n'est pas le défaut d'instruction mais la croyance en l'infériorité de son intelligence. »

Jacques Rancière

X) « Prisonnier de l'idéologie scolaire, l'être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l'école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. » Ivan Illich

XI) « Les hommes qui s'en remettent à une unité de mesure définie par d'autres pour juger de leur développement personnel, ne savent bientôt plus que passer sous la toise.» Ivan Illich

Site connexe : débordelisation.

LOGO 1 coul inv

Nexus

COUV NEXUS 108 WEBOn parle de nous (interview) dans le numéro 108 de Nexus de Jan/Fév 2017

Dossier « Déscolariser la société »

moinsOn a participé au dossier sur la déscolarisation du numéro 24 (août/sept 2016) du journal romand d'écologie : - Moins

L'école de la peur (texte complet)

ecoledelapeur

Attention aux méprises !

Nous ne sommes pas pour l'Instruction En Famille (IEF) sauf comme solution temporaire, celle-ci est inégalitaire et faire la part belle à une autre institution de l'ordre adulte presqu'autant problématique que l'école (si ce n'est plus !) Pourquoi toujours penser les choses en terme de systèmes fermés ?

Notre revendication se situe sur les communs et un monde ouvert : établir des écoles libres (chacun est libre d'y aller quand il veut), égalitaires (chacun peut intervenir pour enseigner), communales, citoyennes, gratuites, débarrassées de l'État, dans les espaces publics et communs, autogérées.

Bibliographie déscolarisation

Une société sans école
Ivan Illich
Mort de l'école
Everett Reimer
Le maître ignorant
Jacques Rancière
Comme des invitées de marque
Léandre Bergeron
Les apprentissages autonomes
John Holt
Pour décoloniser l'enfant
Gérard Mendel
Avertissement aux écoliers et aux lycéens
Raoul Vaneigem
Apprendre sans l'école
John Holt
Et je ne suis jamais allé à l'école
André Stern
La fin de l'éducation ? Commencements.
Jean-Pierre Lepri
Insoumission à l'école obligatoire
Catherine Baker
L'école de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure
Jean Foucambert
De l'éducation
Jiddu Krishnamurti
Pour l'abolition de l'enfance
Shulamith Firestone
L'école mutuelle, une pédagogie trop efficace ?
Anne Querrien
L'enfant et la raison d'Etat
Philippe Meyer
Le pédagogue n'aime pas les enfants
Henri Roorda
Les enfants d'abord
Christiane Rochefort
Les cahiers au feu
Catherine Baker
La fabrique de l'impuissance 2, l'école entre domination et émancipation
Charlotte Nordmann
La fabrique scolaire de l'histoire
Laurence de Cock et Emmanuelle Picard
L'école contre la vie
Edmond Gilliard
Libres enfants de Summerhill
A.S. Neill
Soumission à l'autorité
Stanley Milgram
Si j'avais de l'argent, beaucoup d'argent, je quitterais l'école
Une éducation sans école
Thierry Pardo
La véritable nature de l'enfant
Jan Hunt
C'est pour ton bien
Alice Miller
L'herméneutique du sujet
Michel Foucault
Ni vieux ni maîtres
Yves Le Bonniec et Claude Guillon
L'individu et les diplômes
Abel Faure
La domination adulte
Yves Bonnardel
Encore heureux qu'on va vers l'été
Christiane Rochefort
S'évader de l'enfance
John Holt
Inévitablement (après l'école)
Julie Roux

Article en avant

mamandeserie

Global larcin

Le monde est un grand larcin, un grand accaparement très diversifié, chacun son butin :

Les Élus volent le pouvoir.

Les universitaires volent l'université.

Les professeurs volent l'apprendre.

Les bibliothécaires volent les bibliothèques.

Les propriétaires volent la terre.

Les patrons volent la force de travail.

Les médecins volent la médecine.

Les médias volent l'information. ... etc. (S.R.)

Scolarisation du monde (le film)

schooling the worldAvec sous-titres Fr (bouton CC)

Outil n°1 pour lever le voile

etymosvignette

Les deux faces de la même médaille

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans un onglet

Article du 30/08/2015

Un document exceptionnel !

millecitations

Nos liens Illustrateurs

Émissions en direct sur une radio locale

LE MONDE ALLANT VERS..., un jeudi sur deux à 19h30, sur la petite radio locale : RADIO GRÉSIVAUDAN.

Vous pouvez écouter ces émissions en rejoignant le site internet de Radio Grésivaudan ou en ouvrant votre radio sur la bonne fréquence.

Générique de l'émission :

Participez en direct en appelant le :

04 76 08 91 91

Accéder aux archives des émissions sur le site de Radio Grésivaudan.

Et si la cause des causes était l'absence d'architecture spirituelle chez chacun ? --> Ecoutez l'émission sur "La Citadelle" :

Fallait oser...

« L'enfant a droit à une éducation gratuite et obligatoire. »

Charte des droits de l'enfant de l'UNESCO

Bossuet nous disait :

« Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

 Professeurs, déscolarisez-vous !

« Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. »

John Holt

Corollaire ou conclusion de cette idée de Holt : si on enseigne à l'E.N., c'est donc pour propagander, détourner, aliéner.

Sur le refus de parvenir

« Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la fonction abrutit. » Flaubert

*****

« Si nous voulons un monde nouveau, comment accepter de grimper, d'être reconnu par des institutions du vieux monde ? »
Marianne Enckell

Autres citations sur le refus de parvenir

Le corps enseignant ?

On parle toujours du « corps enseignant », mais jamais de son âme... C'est parce qu'il n'en a pas. Et s'il en avait une, ce serait évidemment celle, noire et vicieuse, de Jules Ferry.  S.R.

julesferryamenoireVoici le monsieur qui s'occupe de vos enfants !

descoetdroit

« L'éducation, avec son fer de lance qu'est le système de scolarité obligatoire, avec toutes ses carottes, ses bâtons, ses notes, ses diplômes et ses références, m'apparaît aujourd'hui comme la plus autoritaire et la plus dangereuse des inventions humaines. C'est la racine la plus profonde de l'état d'esclavage moderne et mondialisé dans lequel la plupart des gens ne se sentent rien d'autre que producteurs, consommateurs, spectateurs et fans, motivés de plus en plus, dans tous les aspects de leur vie, par l'appât du gain, l'envie et la peur. »

John Holt

Lien vers des centaines d'autres citations sur le sujet (mis à jour de teps en temps)

 

Rêves de plastique ou rêves de sable?

 

cabane plastiquePour les enfants de tous âges…

Quand ils jouent, les enfants projettent dans la matière le monde d'aujourd'hui et de demain. À partir de la substance de leur présent, ils envisagent le monde de demain, lui donnent un visage, qu'ils modèlent et remodèlent, ils inventent la suite de notre devenir en observant attentivement les possibles dont ils disposent, et sur quoi ils baseront leurs actions futures. Le jeu contient, même au cœur de la joie la plus intense, quelque chose de très consciencieux et appliqué, une complétude, une présence pleine à la réalité du monde. Un enfant qui joue pose un regard acéré et prodigieusement lucide sur la réalité qu'il manipule ; il ne s'absente pas de la réalité du monde, il y plonge en plein cœur, la bouleverse à chaque instant et jongle avec tous ses éléments, il l'interroge, la met en scène, l'expérimente scientifiquement et porte des conclusions éminemment logiques à ses tâtonnements, il la défait et la refait, lui donne un sens, lui enlève, en refaçonne un autre, et œuvre continuellement au sein de la connexion toute particulière et unique qu'il établit avec la vie. La substance du monde imprègne profondément l'enfant qui joue, avant de se réactualiser expérimentalement dans la matière. Parce qu'ils sont bien plus réceptifs au monde qui les entoure que les adultes endigués dans des comportements acquis, les humains jeunes  sont les destinataires privilégiés d'une pensée qui demande sans cesse à être réinventée, à s'accomplir, à grandir de ses erreurs…

Alors les enfants jouent… Depuis la nuit des temps, les enfants jouent, et fabriquent le monde, le monde de l'instant, de l'ici et maintenant, et celui de demain.

Précisément parce qu'ils sont ouverts, parce qu'ils sont là, précisément parce qu'ils s'entraînent constamment, parce qu'ils singent, et blaguent, et interprètent, et s'amusent, les enfants déverrouillent depuis toujours les pensées qui se sclérosent, les schémas qui s'installent trop lourdement. Leur jeu est une opportunité pour le monde adulte de saisir le fil qu'ils tendent entre un paradigme déliquescent et le présent direct à accomplir mutuellement.  Leur jeu est un appel pour apprivoiser ensemble le grand mystère éternel, et pour inventer chaque jour le monde ; un appel auquel trop souvent les adultes restent sourds et insensibles. Pétris de certitudes acquises, les parents, les grands, les sérieux comprennent mal, ne comprennent plus l'intensité et la nécessité de ces jeux.

Le monde adulte canalise péremptoirement ce foisonnement créatif ininterrompu vers ses convictions étroites et raisonnables. Les enfants sont rendus, de force, adultes, extirpés de leur relation intime et singulière au monde, freinés et empêchés dans leur quête d'absolu, déviés de leur inventivité permanente. Un adulte est un enfant devenu triste et résigné, un enfant qui s'est oublié, qui n'interroge plus le mystère de ce qui l'entoure, qui ferme les yeux. Combien se sont ainsi laissé dévier de leur passionnante recherche créative? Nimbé d'ignorance et/ou d'oubli, le monde des adultes néglige alors sans en mesurer les conséquences les supports sur lesquels le jeu va se déployer. Peut-être, quand la portée immense des actes enfantins de création et ré-création sera mise en lumière, chaque adulte sera alors plus consciencieux et regardant en ce qui concerne le socle du jeu, car il définit ce qui va éclore. Peut-être aussi que les adultes ne seront plus exactement adultes, mais juste des enfants experts qui minutieusement affinent et exaltent leur relation au monde?

Or, aujourd'hui, quels sont les « jeux » vers lesquels, implacablement, est dirigé  chaque enfant ? Quels rêves génèrent-ils, quels rêves dictent-ils ? Des rêves de maison, de voitures, de marchande, de  tracteurs, de pelleteuse, d'ordinateur, de camping-car, de vêtements, de soldat, des soldats en plastiques. Des cubes de plastiques, pour bâtir une cité-toute-en-plastique-avec-des-arbres-et-des-fleurs-en-plastique, des figurines et des poupées de plastique, des animaux en plastique, des bracelets en plastique, des outils de bricolage en plastique, des toboggans en plastique, des tambours et pianos en plastique, des vêtements en plastique, sous le sapin de Noël, boules et guirlandes, en plastique. Nous subissons tous le monopole du plastique, nous sommes tous, enfants et adultes, rendus consommateurs de jeux et objets en plastique dont l'orientation et la fin sont prédéfinies. Nous perpétuons et validons ainsi, à chaque nouvel achat en plastique, un mode de vie calibré, défini pour nous.  L'éventail des jeux ne peut se déployer en son plein pour balayer l'air stagnant et recréer l'instant joyeux, avant un nouveau battement créateur, et ainsi de suite.

De cette imprégnation lente avec le monde du plastique, les rêves deviennent de plastique, le monde qui s'invente est fondé sur le plastique, il est bâti sur ce support froid, impersonnel, inéluctable, imposé. Le paradoxe du mot plastique est d'ailleurs assez troublant. Le mot évoque quelque chose de souple, de malléable. Or, il n'est modelable qu'un court instant, au moment où il bout dans des cuves et dégage ses exhalaisons toxiques, et uniquement par ceux qui définissent la forme de l'objet, le fabriquent et le vendent. Pour les enfants, le plastique est rigide, moulé, préformé, conditionné, prêt à l'usage qu'on lui a prédestiné. Chaque objet moulé porte en lui une intention particulière, propose au jeu un support précis et inextensible et canalise l'énergie créatrice de l'enfant dans une voix toute conçue. Ainsi chaque enfant s'achemine, en jouant dans ce cadre défini par le monde adulte et marchand, vers un monde artificiel qu'il recréera tout naturellement, dans la digne continuité de ses jeux de plastique.

Il semblerait pourtant qu'il incombe à chacun d'entre nous de choisir avec beauté et joie le support  de nos rêves.

Quiconque a un jour bâti sur la plage un château de sable sait intrinsèquement, même si la couche de conditionnements qu'il endosse lui a partiellement fait oublié, combien le support vif de ce jeu implique profondément tous les sens, une présence aiguë au monde, une relation charnelle avec la matière vive du monde, une extase de l'instant. L'univers se recrée à chaque instant et joue avec celui qui bâtit son château de sable. Ce jeu, comme tout jeu dont le support est la matière brute du monde, est à la fois éphémère et éternel. Car la prochaine marée emportera la fière et pourtant humble  construction, quand les vagues auront rempli les douves et  franchi les remparts ; et cependant, la matière sable, le support du jeu, toujours, reste et restera accessible à tous et tout le temps pour recréer une nouvelle œuvre. L'instant, bien qu'unique, pourra ainsi se démultiplier à l'infini, en fonction du joueur et de son imagination, en fonction de son lien particulier avec la plage... C'est un  jeu intrinsèquement généreux. Il implique le plaisir de modeler le sable, de jouer avec l'océan, de chercher les trésors de  la marée pour orner de coquillages les tourelles, il offre tous les possibles. On peut modeler à l'envi avec du sable, une île, un château, un animal, sans notice d'emploi. Et ici les accessoires de la pelle et du seau en plastique sont totalement superflus; et peut-être, lorsqu'on s'en libère, on se libère aussi de la forme archétypale du château fort imposé par la moulure du seau, pour cheminer vers des formes plus rondes et moins guerrières... Le sable peut aussi être un support à une infinité de jeux hors du champ du modelage, il nous ramène, toujours, à notre présence directe au monde, stimulante, vivifiante, créative.

Partout, hormis dans l'enclos des villes, la matière du monde offre à tous les enfants, sans restriction, et avec une infinie variété, des fibres, des cailloux, de la terre, des semences, du bois, des plumes, de la mousse, de la paille, des fleurs, du vent, des pentes, de la boue, de la neige, du soleil, des sons, des étoiles, des talus, des fruits, des papillons, des ruisseaux, des grottes, des coquillages, pour jouer continuellement, sans fin. Que l'on soit un petit ou un grand enfant, la matière du monde nous offre à tous un support  pour inventer, soigner, créer et recréer le plaisir de la vie à chaque instant, loin des rêves imposés.

Depuis la nuit des temps, les enfants jouent. Laissons-les bâtir de nouveaux rêves sur les supports vibrants de la belle Terre, loin des rêves de plastique, et rêvons de ce qu'il pourrait bien advenir si l'on réapprenait tous à jouer au sein de la force vive du Présent...

Mathilde, le lendemain de Noêl 2017...

 

ARTICLES AU HASARD

Réflexions philosophiques | 31 Déc 2015 18:04 | Sylvain Rochex
Avec tout ça, il ne faudrait quand même pas oublier l'Existentialisme !

Voici un texte bien connu qui s'impose sur ce site avec l'impérieuse nécessité de l'équilibrage. A dénoncer, [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Vraie démocratie | 10 Déc 2016 23:55 | Sylvain Rochex
Les Élus ou l'Amitié, nous avons un choix à faire...

Je voudrais rebondir sur ce propos d'un ami concitoyen qui me disait qu'il se passe dans le monde entier chaque jour des choses beaucoup [ ... ]

Vraie démocratieLire l'article
Réflexions philosophiques | 15 Mar 2017 08:49 | Sylvain Rochex
Les Élus ou l'Amitié, nous avons un choix à faire...

Étienne,

J'ai l'impression que tu as eu avec F. Cousin, sur l'économie et la politique, la discussion que nous pourrions avoir [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Humour | 20 Déc 2015 11:42 | Sylvain Rochex
Les Élus ou l'Amitié, nous avons un choix à faire...

2 mondes cohabitent, c'est clair, en ce moment-même à la surface du globe ...

Découvrez tous les collègues [ ... ]

HumourLire l'article
Réflexions philosophiques | 10 Sep 2017 10:37 | Sylvain Rochex
Les Élus ou l'Amitié, nous avons un choix à faire...

Les gens parlent, lisent, cherchent, indéfiniment, dans toutes les directions. Assoiffés de connaissances, ils sont. Oui, mais au [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Other Articles

sensortird

Crédit Photo originale : Par Khoyobegenn