« Y'a toujours plus profond que le fond »

 

Et "la berceuse" :

Les courbes de l'Anthropocène :

anthropoceneinversecouleurnoirplusd

Cliquer sur l'image pour l'agrandir dans un nouvel onglet

N.B: La courbe de "la scolarisation du monde" coïncide évidemment avec les autres. Amusez-vous à placer sur ces graphes, les lois scolaires de Jules Ferry de 1882.

Extrait de « Les poules préfèrent les cages » de Armand Farrachi :

les poules préfèrent les cages« L'optimisme s'emmure dans l'ignorance et dans l'aveuglement, quitte à rassurer quand l'incendie fait rage : voilà quarante ans, dit-on, que les "catastrophistes" annoncent la fin du monde, et voit-on pour autant que l'eau ait cessé de couler, le soleil de briller ou le vent de souffler ? Mais ne voit-on pas aussi qu'en l'éclair d'une seule génération l'eau qui coule charrie des nitrates ou du plomb au point qu'il est déconseillé d'en boire, que le soleil qui brille darde des rayons chargés d'ultraviolets au point qu'il est devenu dangereux de s'y exposer et que les moutons, en altitude, deviennent aveugles, que le vent qui souffle porte plus loin la pestilence chimique au point que le port du masque est à l'ordre du jour et qu'il est déconseillé aux piétons de sortir les jours de beau temps ? Voilà quarante ans qu'on répète en effet que si rien n'est fait la couche d'ozone sera percée. Et la voilà percée pour des millénaires. Voilà quarante ans qu'on répète que si rien n'est fait le climat changera, les forêts disparaîtront, les animaux mourront. Et voilà que la température moyenne a déjà augmenté d'un degré, que huit mille cinq cent espèces sont menacées d'extinction à court terme et que la forêt tropicale a perdu 80% de sa surface ? Voilà longtemps qu'on répète encore et toujours que si rien n'est fait la vie même ne sera plus possible sur Terre. Et voit-on que cela ait concrètrement changé quoi que ce soit à la conduite du monde ?

A la moindre contrainte, la pulsion destructrice déborde des cadres légaux et développe des métastases dans les tissus mafieux. Ainsi que le disait Teddy Goldsmith : on peut détruire le monde entier sans violer une seule loi. Un système à ce point fondé sur la violence, le profit et la destruction ne peut être ni réformé ni changé. Il ne peut être que détruit. »

A lire également : « L'évènement Anthropocène » de Bonneuil et Fressoz

anthropocène