Un jour, nous cesserons de tuer l'Amitié.

Si on veut s'intéresser correctement au pouls du monde (— pour constater qu'il ne bat plus —), on peut ausculter très attentivement la lettre suivante.

Certains penseront qu'elle est spécifique, singulière, locale, qu'elle ne dit donc rien du global, car il s'agit d'une petite commune dans une campagne française, de six signataires, et de quelques sujets tous simples, pourtant elle dit totalement notre monde (immonde).

Cette lettre est déjà par elle-même scandaleuse dans son essence tant le fait d'aller vers les uns les autres ne devrait pas en passer par une demande au despote, mais si je vous dis qu'en plus, cette lettre n'a obtenu AUCUNE RÉPONSE en une année écoulée depuis sa rédaction et que tout ce qui est proposé n'a jamais eu lieu, alors vous avez les nouvelles les plus fraîches qui soient de notre monde. Car PARTOUT, et TOUJOURS, l'oeuvre du monde est de détruire l'Amitié, la Fraternité, la Convivialité, l'Entraide et la Charité. Tout changera, mais alors vraiment tout quand nous nous souleverons d'un seul homme contre cela. Car tout ce qui nous manque, pour prendre soin de nous tous et de la Terre, pour maintenir ouvert l'imaginaire social et politique, ne viendra que de l'Amitié, de la rencontre libre et égalitaire, en présentiel, ici et maintenant, dans la salle du village.