Le fichage ADN. Harcèlement policier et judiciaire : VICHY 2.0.

Mettons-nous une étoile verte marquée "militant" ou "permaculture"

adnLa liste des injustices quotidiennes dont nous souffrons tous est infinie. La liste des aberrations, des absurdités, des folies, des abus de pouvoir, des insanités, des irrespects, des violences, des contraintes, des idéologies qui nous matraquent, des lâchetés, des hypocrisies, des mensonges, des trahisons, aussi. Tous ceux qui écrivent pourraient pondre un pamphlet à chaque pas concernant chaque minute passée en société et un libelle contre chaque Monsieur-très-important ou contre chaque agent servile-soumis-lâche-et-terrorisé, tant nous sommes dans l'hubris et la division intégrales.
Cette société est un cadavre, c'est une dissociété.
Dans ce contexte, il n'y a plus qu'une seule posture qui vaille : devenir humain, c'est-à-dire consentir à n'être rien et donc à être l'égal absolu de son prochain en matière de néant. (et planter des arbres, tenter d'aggrader la vie et de faire reculer les logiques de mort par tous les moyens).


Tous ceux qui s'accrochent à tout prix pour être ceci ou cela comme chose très très très très importante sont vraiment à plaindre : profs, universitaires, élus, patrons, ingénieurs, directeurs, magistrats, notaires, prêtre, pape, évêque, médecins, psychiatres, présidents, responsables de mon cul sur la commode,... etc. etc. (Tous ceux qui croient être "quelqu'un" alors qu'ils sont "quelque-chose" à l'heure où les essences et les valeurs sont en train de se déplacer à grande vitesse... à la même vitesse que les destructions - ex-po-nen-tielles-dé-men-tielles).
C'est quand même très drôle de vouloir encore un poste de "responsable" et d'autorité, à l'heure de la disruption (mais que ferions-nous pas pour que notre Maman soit contente et pour avoir des amis, de l'argent, des objets inutiles et dangereux, et le fameux "sentiment d'exister" hein !).
Le prochain livre de Bernard Stiegler (dont j'aime toujours beaucoup m'instruire) s'intitulera « Dans la disruption. Comment ne pas devenir fous ? » (Parution avril 2016). Effectivement, comment de pas devenir fou quand le monde est fou, quand les gens sont fous ? Quand le vieux monde ne veut décidément pas laisser place au nouveau ? Quand le nouveau-monde est radicalement empêché par l'ancien de s'exprimer alors pourtant que l'entendre pourrait nous permettre de rêver ensemble l'avenir.
Nous pourrions - et c'est malheureusement un peu ce qui se passe - bloguer à l'infini à propos de toute cette folie qui nous fait face et à propos des solutions. Nous ne manquons pas d'information puisque la totalité du réel nous informe à chaque pas, à chaque conflit intérieur ou extérieur. L'allégorie de la tour de Babel où les gens parlent des langues différentes et ne se comprennent pas, n'évoque pas des langues différentes au sens où un chinois ne comprend pas un allemand, cette allégorie évoque plutôt des individus de la même langue maternelle mais qui ne se comprennent plus, car ils n'ont pas les mêmes mots ou bien les mots qu'ils ont en commun n'ont plus le même sens. C'est ce que nous vivons en ce moment.
C'est rare qu'on se comprenne.

Je n'écris donc pas pour reparler de la démocratie, ou de l'école, ou de la philosophie, ou de l'Église, ou de l'agriculture, ou de l'argent, ou de l'énergie : nous ne nous comprenons plus concernant tous les sujets importants (et en plus, j'ai dit que je quittais substantiellement ce site et l'Internet).

Je voudrais simplement lancer une alerte sur un fait policier qui me semble très grave dont je suis une des très nombreuses victimes. Le harcèlement policier et judiciaire pour fichage ADN. A l'origine le fichage ADN a pris naissance en 1998 au sujet des "délinquants sexuels", puis, comme ça se passe toujours dans le domaine du sécuritaire (tenez, prenez la vidéo surveillance de Chambéry par exemple), insidieusement, progressivement, la chose s'étend petit-à-petit. Ainsi, le fichage ADN, après quelques lois votées pendant les années 2000 s'est élargie aux crimes quels qu’ils soient, puis aux délits graves, et puis enfin aux "petits" délits (quel est le prochain cap ?!!). Et aujourd'hui 2,2 millions de français seraient dans ce fichier (le fichier donc, des délinquants sexuels !!) avec des informations de "forte sensibilité" sur des aspects génétiques, couplées bien-sûr à d'autres informations sur les individus (nous sommes pleinement rentrés dans le big brother intégral avec les "Big Data").

Ainsi, les gens condamnés pour des "petits" délits comme je l'ai été en octobre 2015 (en tant qu'activiste politique), après avoir traversé toutes les épreuves de police et de justice liées aux affaires, se retrouvent beaucoup plus tard, pourchassé indéfiniment par la police et la justice pour obtenir son ADN. Mais c'est quoi cette chasse affreuse au code génétique des gens ?!! Par pitié, ne banalisons pas l'horreur, ne parlons pas de ces choses-là sans recul historique, philosophique, sociologique, anthropologique (et rajoutez donc ici tous les domaines de la réflexivité imaginables)

Suite à tous les agréables moments que j'ai passés avec la police et la justice en 2015, j'avais terminé "mon stage" par une lettre ouverte au procureur de 29 pages pour lui dire tout le bien que je pensais de sa vaine entreprise (sorte de "rapport de stage"), lettre que vous pouvez lire ici : http://www.descolarisation.org/pdf/lettre_ouverte_au_procureur_sylvain_rochex.pdf

Monsieur le Procureur n'a évidemment pas daigné répondre, sauf bien-sûr en programmant ce harcèlement policier et judiciaire concernant le fichage ADN.

C'est une procédure vraiment très jolie !
Un peu comme pour tout le reste de la dictature en place, et de ce "droit" qui n'est pas celui du peuple mais celui de l'oligarchie financière, on se demande bien pourquoi des choses pareilles ne provoquent pas l'irruption instantanée du peuple pour "foutre un bordel noir" pour reprendre les mots qu'avait employés Etienne Chouard à propos des mécanismes du crédit bancaire (qui seraient enfin portés à la connaissance du plus grand nombre).

Dans notre pays (... un pays suppose des paysages - le mot pays n'est donc bientôt plus adapté) ... , dans notre bétonnière, quelqu'un qui vole une pomme (bourrée de pesticides), est d'abord mis en garde à vue, puis il est jugé, puis condamné. Ensuite, il purge sa peine et les obligations qui ont été décidées par le tribunal. Mais ça ne s'arrête pas là (alors que ça le devrait). Non, l'individu sera pourchassé pour lui "prendre son ADN" (pourquoi pas un morceau de peau de zob aussi ?). Il a le droit de refuser, mais c'est un "droit coupable" [sic] (quelle jolie formule vraiment très poétique !!), et s'il refuse, il sera poursuivi, puis condamné (la peine est de maximum 1 an de prison et 15 000 Euros d'amende et dans les faits plutôt 500 à 1500 euros d'amende). Mais ce qui est très très joli aussi, c'est que ça n'arrêtera pas l'acharnement pour autant à chercher à prendre l'ADN de la personne, et si la personne refuse encore, on pourra actionner les leviers juridiques de "la récidive", et comme ça, indéfiniment... Vraiment très joli ! Oui, joli, vous ne trouvez pas, un droit non écrit par le peuple ? C'est joli, une dictature.
Ouh la vilaine Révolution qui va répondre...

Autre chose très pratique avec ce concept de harcèlement à l'ADN : la statistique des refus de prélèvement ADN se situe autour de 10%. Quelle bonne technique pour dénicher avec brio TOUS les profils psychologiques : "anti-sa-majestée-allez-tous-vous-faire-*****". Vraiment trop pratique ! : ces 10%-là, les rebelles comme dans un film Américain, c'est les clients parfaits de Monsieur Le Procureur, ceux-là même que Monsieur Le Procureur a de toute façon très envie de voir - personnellement - pour progresser un peu dans le mystère de la vie.
Ben oui, ces 10%-là, seront les antithèses parfaites de Monsieur Le Procureur, il est donc normal que tout ce beau monde finisse par se rencontrer et se parler. Celui qui s'est toujours soumis à l'autorité pour plaire à Papa et à Maman et pour devenir l'un d'eux et pas n'importe lequel, et puis, ceux qui ont compris que la meilleure façon de réussir sa vie, c'était justement davantage de déplaire à "Papa" et ne point prendre part à la sordide compétition sociale.

Pour ma part, j'ai joué avec toute cette bande de gamins incultes (les gens de robes) en 2015 (Deux procès, garde-à-vue, contrôles judiciaires, appels, renvois etc. etc), mais là, j'ai fini de jouer, mon expérience étant faite. En plus, j'ai accepté très gentiment, avec une sorte de respect, toutes leurs propositions de jeu les unes après les autres (même les choses les plus tordues et les moins évidentes et même si je n'ai point participé à l'écriture des règles de leur jeu) - j'ai payé ce que je "devais" payer etc. Mais là maintenant, c'est loin derrière tout ça et j'aimerais qu'on me laisse tranquille avec mes oignons et mes patates, et mon ail des ours, dans la forêt.
Que cette bande de gamins incultes en mal d'amour se trouvent d'autres gens à renseigner sur leur prouesse en matière de sagesse et d'amour du prochain. Beaucoup de gens dans le peuple devraient un peu plus se frotter à la misère-symbolique des gens de robe et à leur incurie pour se faire leur expérience à propos d'une des bassesses humaines les plus édifiantes, les plus incroyables qui soient.

Que faire pour lutter contre le harcèlement au fichage ADN ? Comme pour toutes les autres luttes : nous sommes impuissants politiquement dans l'état de choses actuel (nous sommes également trop divisés, propagandés, naïfs, et lâches - nous sommes malheureusement tous passés par l'Éducation Nationale et par la télé, nous avons été SCO-LA-RI-SÉS (domestiqués)).

Je propose malgré tout que tous les fichés ou tous ceux qui sont harcelés de la sorte mettent une étoile verte brodée "militant", ou "ADN", ou "anticapitaliste", ou "permaculture", ou autre, afin d'honorer comme il se doit le VICHY 2.0 à l’œuvre en ce moment.

Gros bisous et bon courage à tous.

Sylvain Chenapan.

chenapan