VIEILLE HISTOIRE

Il s'agit toujours, depuis la "Révolution française", et encore plus depuis la troisième République et l'école de Jules Ferry, d'empêcher l'école du peuple, par le peuple, pour le peuple, d'empêcher ceux qui voudraient donner les moyens au peuple de prendre conscience des causes de sa misère et d'y remédier, d'empêcher absolument et à tout prix, toute jonction entre l'éducateur politique et l'homme du commun propagandé. Les illusions mises en place pendant le XIXème siècle par la classe bourgeoise capitaliste : "démocratie" et "instruction publique" doivent demeurer intactes.

Madame Marianne Rouxin, Madame Noëlle Gouillard et les autres sont des Agents des bibliothèques de Chambéry au XXIème siècle pour poursuivre cette sinistre histoire.

(Quand on sait que Marianne Rouxin se vit en "gauchiste", "anticapitaliste", syndicaliste,... Vieille histoire, là-aussi, que l'hypocrisie de gauche, alliée au service des Possédants).

Vieille histoire que cela. Et ils osent s'appeler : "Jean-Jacques Rousseau" et "Georges Brassens" ???? Honte à eux. Mais ils ne sont pas les premiers à salir et à instrumentaliser d'honnêtes penseurs/artistes.

Nous sommes allés, samedi 20 décembre 2014, jour béni des Dieux pour les Marchands et les Consommateurs, protester à nouveau à la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau, face à l'absence d'éducation populaire, et de liberté et d'égalité d'expression dans les bibliothèques de Chambéry (et dans tous les lieux publics). Voir l'article du 13/12 dernier : http://tvnetcitoyenne.com/journal.php?article=257

Nous avions mis un gros morceau de scotch noir sur nos bouches et nous avions une série de pancartes pour une protestation silencieuse et interpellante, telles que : "Les abeilles meurent" ; "Les cours d'eau sont empoisonnés" ; "La terre est stérilisée" ; "Il ne faut jamais donner le pouvoir à ceux qui le veulent" ; "La France, une démocratie ? MDR " ; "Le problème des élections" ; "Écrire une nouvelle constitution" ; "A quand une parole libre ?" ; "Le tirage au sort" ; "Mandats courts et non renouvelables" ; "Le pouvoir corrompt toujours." et bien d'autres...

Notre manifestation silencieuse n'a pu durer que quelques minutes. La "sécurité" de la médiathèque a immédiatement réagi, a téléphoné à la Police Municipale et celle-ci a ensuite contacté la Police Nationale. (Voir le premier paragraphe)

Madame Marianne Rouxin, Agent de l'État ploutocratique, juste "en dessous" de la Sainte Patronne des bibliothèques Noëlle Gouillard, était là. Elle est restée fermée, voire mutique, (les Agents de l'État ont toujours du scotch eux-aussi sur la bouche - mais invisible -), attendant que les forces de l'ordre veuillent bien gommer le plus proprement possible, cette petite tâche ignoble de la belle nappe de Noëlle ! Pshhiiiittt ! Tout doit rester bien net, maculé, aseptisé, clinquant, factice. L'illusion au service du Capital et de la classe bourgeoise, doit se poursuivre, inaltérée. C'est un jour où l'on doit s'agiter à la FNAC, pas à la médiathèque (mais... il paraît que les autres jours aussi...! )  
Oui, que tout le monde achète ! achète ! achète ! Que rien ne vienne entraver, déranger, notre grand "délire occidental" ! (Même si nous sommes de plus en plus nombreux à savoir que le point de rupture a été dépassé depuis longtemps et que nous vivons une période de démesure et de folie).

Un usager de la bibliothèque a pensé que la Police était là car quelqu'un avait sûrement volé des livres... ! Évidemment ! ... Non, Monsieur, entendez-le bien : 8 policiers sont là car deux citoyens demandent que chacun puisse librement proposer des ateliers, des conférences, des débats, des lectures, des bibliographies, etc. dans les lieux publics, à la place du vide actuel, de l'arbitraire consensuel des dirigeants qui ne travaillent pas pour l'intérêt général, et de la censure à l’œuvre depuis des décennies.
La pensée critique et subversive peut-elle être critique et subversive sur le web, par écrans interposés, chacun enfermé, reclus, dans sa sphère privée ? Non. La véritable parole doit venir, doit JAILLIR, sinon on est mort.
On nous a tout volé, y compris nos vies, et le peuple doit TOUT reprendre. Bon courage à tous.

Sylvain Rochex et Mathilde Anstett