I) « Tout mouvement de libération de l'homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.»

Ivan Illich

II) « L'oppression des enfants est première, et fondamentale. Elle est le moule de toutes les autres. »

Christiane Rochefort

III) « Quels enfants allons-nous laisser à la planète ? »

Jaime Semprun

IV) « Non plus créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école »

John Holt

V) « Notre principale menace aujourd'hui est le monopole mondial de domination scolaire sur l'esprit des hommes. »

Everett Reimer

VI) « Ce qui me paraît le plus insupportable, c'est que l'école me séparait de moi-même. »

Christian Bobin

VII) « Plus l’homme se connaît par la voie officielle, plus il s’aliène »

Raoul Vaneigem

VIII) « Je perçois l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire. »

Cornélius Castoriadis

IX) « Ce qui abrutit le peuple, ce n'est pas le défaut d'instruction mais la croyance en l'infériorité de son intelligence. »

Jacques Rancière

X) « Prisonnier de l'idéologie scolaire, l'être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l'école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. » Ivan Illich

XI) « Les hommes qui s'en remettent à une unité de mesure définie par d'autres pour juger de leur développement personnel, ne savent bientôt plus que passer sous la toise.» Ivan Illich

Site connexe : débordelisation.

LOGO 1 coul inv

Nexus

COUV NEXUS 108 WEBOn parle de nous (interview) dans le numéro 108 de Nexus de Jan/Fév 2017

Dossier « Déscolariser la société »

moinsOn a participé au dossier sur la déscolarisation du numéro 24 (août/sept 2016) du journal romand d'écologie : - Moins

L'école de la peur (texte complet)

ecoledelapeur

Attention aux méprises !

Nous ne sommes pas pour l'Instruction En Famille (IEF) sauf comme solution temporaire, celle-ci est inégalitaire et faire la part belle à une autre institution de l'ordre adulte presqu'autant problématique que l'école (si ce n'est plus !) Pourquoi toujours penser les choses en terme de systèmes fermés ?

Notre revendication se situe sur les communs et un monde ouvert : établir des écoles libres (chacun est libre d'y aller quand il veut), égalitaires (chacun peut intervenir pour enseigner), communales, citoyennes, gratuites, débarrassées de l'État, dans les espaces publics et communs, autogérées.

Bibliographie déscolarisation

Une société sans école
Ivan Illich
Mort de l'école
Everett Reimer
Le maître ignorant
Jacques Rancière
Comme des invitées de marque
Léandre Bergeron
Les apprentissages autonomes
John Holt
Pour décoloniser l'enfant
Gérard Mendel
Avertissement aux écoliers et aux lycéens
Raoul Vaneigem
Apprendre sans l'école
John Holt
Et je ne suis jamais allé à l'école
André Stern
La fin de l'éducation ? Commencements.
Jean-Pierre Lepri
Insoumission à l'école obligatoire
Catherine Baker
L'école de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure
Jean Foucambert
De l'éducation
Jiddu Krishnamurti
Pour l'abolition de l'enfance
Shulamith Firestone
L'école mutuelle, une pédagogie trop efficace ?
Anne Querrien
L'enfant et la raison d'Etat
Philippe Meyer
Le pédagogue n'aime pas les enfants
Henri Roorda
Les enfants d'abord
Christiane Rochefort
Les cahiers au feu
Catherine Baker
La fabrique de l'impuissance 2, l'école entre domination et émancipation
Charlotte Nordmann
La fabrique scolaire de l'histoire
Laurence de Cock et Emmanuelle Picard
L'école contre la vie
Edmond Gilliard
Libres enfants de Summerhill
A.S. Neill
Soumission à l'autorité
Stanley Milgram
Si j'avais de l'argent, beaucoup d'argent, je quitterais l'école
Une éducation sans école
Thierry Pardo
La véritable nature de l'enfant
Jan Hunt
C'est pour ton bien
Alice Miller
L'herméneutique du sujet
Michel Foucault
Ni vieux ni maîtres
Yves Le Bonniec et Claude Guillon
L'individu et les diplômes
Abel Faure
La domination adulte
Yves Bonnardel
Encore heureux qu'on va vers l'été
Christiane Rochefort
S'évader de l'enfance
John Holt
Inévitablement (après l'école)
Julie Roux

Article en avant

mamandeserie

Global larcin

Le monde est un grand larcin, un grand accaparement très diversifié, chacun son butin :

Les Élus volent le pouvoir.

Les universitaires volent l'université.

Les professeurs volent l'apprendre.

Les bibliothécaires volent les bibliothèques.

Les propriétaires volent la terre.

Les patrons volent la force de travail.

Les médecins volent la médecine.

Les médias volent l'information. ... etc. (S.R.)

Scolarisation du monde (le film)

schooling the worldAvec sous-titres Fr (bouton CC)

Outil n°1 pour lever le voile

etymosvignette

Les deux faces de la même médaille

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans un onglet

Article du 30/08/2015

Un document exceptionnel !

millecitations

Nos liens Illustrateurs

Émissions en direct sur une radio locale

LE MONDE ALLANT VERS..., un jeudi sur deux à 19h30, sur la petite radio locale : RADIO GRÉSIVAUDAN.

Vous pouvez écouter ces émissions en rejoignant le site internet de Radio Grésivaudan ou en ouvrant votre radio sur la bonne fréquence.

Générique de l'émission :

Participez en direct en appelant le :

04 76 08 91 91

Accéder aux archives des émissions sur le site de Radio Grésivaudan.

Et si la cause des causes était l'absence d'architecture spirituelle chez chacun ? --> Ecoutez l'émission sur "La Citadelle" :

Fallait oser...

« L'enfant a droit à une éducation gratuite et obligatoire. »

Charte des droits de l'enfant de l'UNESCO

Bossuet nous disait :

« Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

 Professeurs, déscolarisez-vous !

« Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. »

John Holt

Corollaire ou conclusion de cette idée de Holt : si on enseigne à l'E.N., c'est donc pour propagander, détourner, aliéner.

Sur le refus de parvenir

« Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la fonction abrutit. » Flaubert

*****

« Si nous voulons un monde nouveau, comment accepter de grimper, d'être reconnu par des institutions du vieux monde ? »
Marianne Enckell

Autres citations sur le refus de parvenir

Le corps enseignant ?

On parle toujours du « corps enseignant », mais jamais de son âme... C'est parce qu'il n'en a pas. Et s'il en avait une, ce serait évidemment celle, noire et vicieuse, de Jules Ferry.  S.R.

julesferryamenoireVoici le monsieur qui s'occupe de vos enfants !

descoetdroit

« L'éducation, avec son fer de lance qu'est le système de scolarité obligatoire, avec toutes ses carottes, ses bâtons, ses notes, ses diplômes et ses références, m'apparaît aujourd'hui comme la plus autoritaire et la plus dangereuse des inventions humaines. C'est la racine la plus profonde de l'état d'esclavage moderne et mondialisé dans lequel la plupart des gens ne se sentent rien d'autre que producteurs, consommateurs, spectateurs et fans, motivés de plus en plus, dans tous les aspects de leur vie, par l'appât du gain, l'envie et la peur. »

John Holt

Lien vers des centaines d'autres citations sur le sujet (mis à jour de teps en temps)

 
Avertissement
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 612

Réponse courte et conjointe à Etienne Chouard et Frédéric Lordon

Courte, car je ne vais pas ré-écrire tout ce qu'il y a dans ce site et tout ce que j'écris depuis des années. Mais Etienne a marqué ceci récemment (20/11/15) sur son blog :

etienne chouard

Vous avez été des milliers (et des milliers), à aimer et à partager le précédent billet, qui résumait cette vérité, bien d’actualité : « Une constitution digne de ce nom (d’origine populaire) permettrait à un peuple digne de ce nom (composé de citoyens constituants) de s’opposer aux représentants qui veulent lui imposer la guerre. » POURTANT, malgré cet élan spontané (pour l’idée de nous auto-constituer), vous n’êtes PAS — pas encore — des milliers (et des milliers) à vous entraîner, pied à pied, « pour de vrai », à constituer :( Mais qu’est-ce qui vous retient donc ? Qu’est-ce qui vous empêche, vous personnellement, de passer à l’acte, massivement, puisque vous pouvez le faire librement (pour l’instant) ? Si vous trouvez (le frein qui nous gêne), soyez gentils de m’en parler.

Ce frein (qui est un mur) est explicité en long en large et en travers, via les idées de "Déscolarisation" présentes ici, et dans les têtes et papiers de Sylvain et Mathilde.

Un atelier constituant doit pouvoir se dérouler dans l'espace commun (l'espace public) ! Le cas échéant, il ne s'agira que d'une discussion privée, ésotérique (au sens étymologique de ce mot), vécue par une ou plusieurs hétairies philosophiques. Le fait d'être "constituant" doit être en lien avec l'espace public (espace commun, à vrai dire). Car c'est le peuple qui est constituant en démocratie, et non telles ou telles bandes privées.

Ce à quoi Etienne répondra certainement à peu près ceci ("l'antienne d'Étienne" disait-il lui-même) : "Non ! Vous pouvez le faire partout : chez vous, dans un ascenseur, au bistrot, au bureau et même aux chiottes ! Il suffit d'être au moins deux ! ". Je pense au plus profond de moi-même qu'Etienne se trompe cruellement sur ce point : un atelier constituant digne de ce nom, doit se tenir dans l'espace public ! Pourquoi ? Car la constitution concerne la chose publique et le peuple. Dans les lieux privés : il n'y aura jamais le peuple (l'Idée de peuple) et il ne s'agira jamais — c'est une lapalissade — d'espace public ! Pour que Mamie Josette, tante Ursule, le vieux Robert, Monsieur tout-le-monde, s'intéressent à la constitution, les ateliers constituants doivent se tenir dans l'espace public. Le cas échéant, Nico, Valentin, Sylvie, et Benoît (des gentils virus, des militants d'extrême gauche, de l'UPR et des alters permaculteurs, adeptes des couches lavables et du revenu de base, ou autres bobos cultivés) continueront tout seul dans leur coin, avec les membres de leur club philosophique, à s'intéresser à la constitution.

Or l'espace public est volé, actuellement, par l'oligarchie. Nous devons d'abord "arracher" nos espaces. Curieux, vraiment très curieux, qu'Etienne n'aille jamais sur ce point (je ne sous-entends rien de spécial, mais je trouve ça juste hallucinant que le sujet ne vienne jamais). Etienne répondrait sûrement : "nous devons d'abord ré-écrire la constitution pour que l'oligarchie nous restitue ce qui nous appartient". Comment ne pas voir ce bon vieux serpent qui se mord la queue ? Pourtant, nous savons très bien que le véritablement commencement c'est quand les gens se ré-approprient les espaces communs pour prendre la parole et faire de la politique ensemble.

lordonPour Frédéric Lordon, qui a fourni récemment une excellent tribune sur la situation (a)politique actuelle conclue, ÉVIDEMMENT, à la nécessité absolue de se rassembler dans l'espace public ! Mais, très grave erreur, pour lui, comme pour des milliards de cerveaux formatés, l'Espace public, c'est toujours sinistrement "LA RUE". Comment ne pas voir, ne pas entendre, le pathétique-larme-à-l'oeil teinté de religiosité, avec lequel la grande majorité des "militants gauchistes" prononce l'expression "LA RUE ! ". Ne nous laissons donc pas berner par ce puissant affect-triste !! (pour reprendre un concept pourtant si bien malaxé par Lordon). Nous devons trouver le chemin d'un affect doux et joyeux concernant "les communs", et "la rue" ne sera alors qu'une très maigre portion des "communs" (soit-dit en passant : la rue, de nos jours, est en prime un des territoires privilégiés du capitalisme : règne de la bagnole, du béton, de l'artificiel et des commerces (et du sécuritaire régalien). Voici les trois dernières phrases de sa tribune (qui sont sinistres contrairement au reste du billet)  :

Cette manière ne peut être posée qu’en actes, c’est-à-dire dans la rue. Donc il faut aller dans la rue. Et puis nous verrons bien.

C'est-à-dire que le programme selon Lordon, ça serait ENCORE de se geler les couilles au profit d'une pub massive sur l'usage urbain à rude épreuve des tentes Queshua de Décathon. Il s'agirait encore, selon Lordon, qu'on se regroupe sur le béton et dans le froid, comme des SDF, avec du vin chaud et des soupes au moins pour se rassurer, créer une illusion de fraternité retrouvée, et afin d'organiser la Révolution...  (??) Bizarre... ! Programme que nous connaissons par coeur : épuisement des motivations, situation qui ne permet absolument pas d'être efficaces collectivement sur tous les plans : matériellement et intellectuellement. Situation en forme de courbe de gauss (en cloche), qui monte agréablement, qui atteint son extremum (ce qui est autorisé) et qui redescend comme c'est monté. Oui, il faut conclure comme Lordon à la nécessité absolue de se rassembler dans l'espace public ! Mais à partir de là, il faudrait dire ce qu'est véritablement l'espace public et dire que c'est infiniment plus que "LA RUE", dire que toutes les salles municipales éclairées et chauffées c'est surtout cela l'espace-public, dire que c'est de cela dont nous avons besoin pour organiser notamment les "ateliers constituants" à la Chouard, mais pas seulement. Nous avons aussi besoin de ces espaces pour faire jaillir une égalité d'expression tous azimuts ! Des intellos comme Chouard ou Lordon devraient pourtant savoir que tous les vrais basculements social-historiques vertueux et constructifs sont toujours marqués par le jaillissement un peu partout de la parole de ceux qui en étaient privés, et précisément dans les lieux où ils étaient privés de parole.

Bref, c'est bien curieux... Chouard et Lordon, tout en allant comme d'hab dans le bon sens, demeurent conjointement en-deça d'une ligne symbolique qui m'apparaît bien nette, comme le nez au milieu de la figure !

Nous devons redevenir des hommes politiques au sens athénien de la chose, oui sieur Lordon et sieur Chouard ! Mais le premier nous dit que ça se peut se faire dans l'ascenceur ou au cinéma, et le deuxième, possédé par "un affect-triste" (rapport au monde qu'il dénonce pourtant dans des bouquins), que ça doit se faire dans "LA RUE ! " Non et non !! Ils se trompent, et peut-être sans le vouloir, ils nous trompent ! Le processus nécessaire doit se faire dans "LES COMMUNS", dans une culture retrouvée et actualisée du "commun", et leur reconquête culturelle et matérielle doit être la priorité des priorités !!!

Donc, tout ceci nous amène, ni dans l'ascenseur, ni sur le coin de table d'un restau, ni dans "La rue !!", mais dans des espaces municipaux : éclairés, conviviaux et chauffés (voir le récent billet Espacemelimelo.barre) ou bien encore : nos conseils pour aider la déscolarisation de la société ou même la totalité du site Déscolarisation)

Merci DONC à tous (Lordon et Chouard, y compris) de cesser avec L'INDIGNITÉ !!!! Nous valons mieux que ça !

Peut-être que Chouard et Lordon savent, plus ou moins inconsciemment que lorsque "L'insurrection qui vient" vient vraiment, "ceux qui parlent plus que les autres et/ou à la place des autres "(dont Chouard et Lordon font partie actuellement) , doivent s'effacer automatiquement au profit du Démos tout entier qui se met à parler... Ces deux-là veulent-il vraiment sacrifier leur statut actuel de tribun quelque-peu aristos, au profit d'une réelle et intense activité démo-cratique ? (Chouard, je pense, est tout enclin pour se diriger vers cette sagesse ; Lordon, je sais pas car je ne le connais pas du tout).

P.S : Ce billet n'est pas  ce qu'on appelle une "charge" contre Etienne pour qui je demeure dans l'amitié totale. Ce n'est point non plus une charge contre Lordon, chez qui j'apprécie la justesse des analyses, mais avec lequel je ne peux point parler d'amitié puisque nous ne sommes liés d'aucune façon. Gros bisous aux deux dans tous les cas.

Sylvain Rochex

ARTICLES AU HASARD

Vraie démocratie | 10 Déc 2016 23:55 | Sylvain Rochex
Les Élus ou l'Amitié, nous avons un choix à faire...

Je voudrais rebondir sur ce propos d'un ami concitoyen qui me disait qu'il se passe dans le monde entier chaque jour des choses beaucoup [ ... ]

Vraie démocratieLire l'article
Terre et permaculture | 09 Jan 2017 11:04 | Sylvain Rochex
Le colibri, le renard et l'incendie

Argousier, Feijoa, Asiminier, Canneberge, Actinidia Arguta (Kiwaï), Actinidia (Kiwi), Schisandra, Cornouiller (et autres cornus), Murier [ ... ]

Terre et permacultureLire l'article
Terre et permaculture | 25 Déc 2016 13:01 | Sylvain Rochex
Le colibri, le renard et l'incendie

Joseph Sapin termine son stage de permaculture (moment du paiement).
Extrait de la dernière émission du Monde Allant Vers avec Mathilde, [ ... ]

Terre et permacultureLire l'article
Terre et permaculture | 14 Juil 2016 21:35 | Sylvain Rochex
Vivre dans la nature

Révélation pour moi : nous sommes faits pour vivre DANS la nature, immergés dedans. Pas à côté, [ ... ]

Terre et permacultureLire l'article
Terre et permaculture | 17 Jan 2017 12:45 | Sylvain Rochex
Que les ivrognes rendent la terre à ceux qui veulent manger !

Dans un article du jour sur Reporterre.net, on peut lire en chapeau :

Dans ce village de Côte-d’Or, un groupe animé par l’envie [ ... ]

Terre et permacultureLire l'article
Terre et permaculture | 16 Fév 2016 12:33 | Sylvain Rochex
« Y'a toujours plus profond que le fond »

 

Et "la berceuse" :

Les courbes de l'Anthropocène :

Cliquer sur l'image pour l'agrandir dans un nouvel onglet

N.B: [ ... ]

Terre et permacultureLire l'article
Other Articles

sensortird

Crédit Photo originale : Par Khoyobegenn