I) « Tout mouvement de libération de l'homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.»

Ivan Illich

II) « L'oppression des enfants est première, et fondamentale. Elle est le moule de toutes les autres. »

Christiane Rochefort

III) « Quels enfants allons-nous laisser à la planète ? »

Jaime Semprun

IV) « Non plus créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école »

John Holt

V) « Notre principale menace aujourd'hui est le monopole mondial de domination scolaire sur l'esprit des hommes. »

Everett Reimer

VI) « Ce qui me paraît le plus insupportable, c'est que l'école me séparait de moi-même. »

Christian Bobin

VII) « Plus l’homme se connaît par la voie officielle, plus il s’aliène »

Raoul Vaneigem

VIII) « Je perçois l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire. »

Cornélius Castoriadis

IX) « Ce qui abrutit le peuple, ce n'est pas le défaut d'instruction mais la croyance en l'infériorité de son intelligence. »

Jacques Rancière

X) « Prisonnier de l'idéologie scolaire, l'être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l'école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. » Ivan Illich

XI) « Les hommes qui s'en remettent à une unité de mesure définie par d'autres pour juger de leur développement personnel, ne savent bientôt plus que passer sous la toise.» Ivan Illich

Site connexe : débordelisation.

LOGO 1 coul inv

A la une : Fête de printemps le 3/03/2018

feteduprintemps2018d

Nexus

COUV NEXUS 108 WEBOn parle de nous (interview) dans le numéro 108 de Nexus de Jan/Fév 2017

Dossier « Déscolariser la société »

moinsOn a participé au dossier sur la déscolarisation du numéro 24 (août/sept 2016) du journal romand d'écologie : - Moins

L'école de la peur (texte complet)

ecoledelapeur

Attention aux méprises !

Nous ne sommes pas pour l'Instruction En Famille (IEF) sauf comme solution temporaire, celle-ci est inégalitaire et faire la part belle à une autre institution de l'ordre adulte presqu'autant problématique que l'école (si ce n'est plus !) Pourquoi toujours penser les choses en terme de systèmes fermés ?

Notre revendication se situe sur les communs et un monde ouvert : établir des écoles libres (chacun est libre d'y aller quand il veut), égalitaires (chacun peut intervenir pour enseigner), communales, citoyennes, gratuites, débarrassées de l'État, dans les espaces publics et communs, autogérées.

Bibliographie déscolarisation

Une société sans école
Ivan Illich
Mort de l'école
Everett Reimer
Le maître ignorant
Jacques Rancière
Comme des invitées de marque
Léandre Bergeron
Les apprentissages autonomes
John Holt
Pour décoloniser l'enfant
Gérard Mendel
Avertissement aux écoliers et aux lycéens
Raoul Vaneigem
Apprendre sans l'école
John Holt
Et je ne suis jamais allé à l'école
André Stern
La fin de l'éducation ? Commencements.
Jean-Pierre Lepri
Insoumission à l'école obligatoire
Catherine Baker
L'école de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure
Jean Foucambert
De l'éducation
Jiddu Krishnamurti
Pour l'abolition de l'enfance
Shulamith Firestone
L'école mutuelle, une pédagogie trop efficace ?
Anne Querrien
L'enfant et la raison d'Etat
Philippe Meyer
Le pédagogue n'aime pas les enfants
Henri Roorda
Les enfants d'abord
Christiane Rochefort
Les cahiers au feu
Catherine Baker
La fabrique de l'impuissance 2, l'école entre domination et émancipation
Charlotte Nordmann
La fabrique scolaire de l'histoire
Laurence de Cock et Emmanuelle Picard
L'école contre la vie
Edmond Gilliard
Libres enfants de Summerhill
A.S. Neill
Soumission à l'autorité
Stanley Milgram
Si j'avais de l'argent, beaucoup d'argent, je quitterais l'école
Une éducation sans école
Thierry Pardo
La véritable nature de l'enfant
Jan Hunt
C'est pour ton bien
Alice Miller
L'herméneutique du sujet
Michel Foucault
Ni vieux ni maîtres
Yves Le Bonniec et Claude Guillon
L'individu et les diplômes
Abel Faure
La domination adulte
Yves Bonnardel
Encore heureux qu'on va vers l'été
Christiane Rochefort
S'évader de l'enfance
John Holt
Inévitablement (après l'école)
Julie Roux

Article en avant

mamandeserie

Global larcin

Le monde est un grand larcin, un grand accaparement très diversifié, chacun son butin :

Les Élus volent le pouvoir.

Les universitaires volent l'université.

Les professeurs volent l'apprendre.

Les bibliothécaires volent les bibliothèques.

Les propriétaires volent la terre.

Les patrons volent la force de travail.

Les médecins volent la médecine.

Les médias volent l'information. ... etc. (S.R.)

Scolarisation du monde (le film)

schooling the worldAvec sous-titres Fr (bouton CC)

Outil n°1 pour lever le voile

etymosvignette

Les deux faces de la même médaille

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans un onglet

Article du 30/08/2015

Un document exceptionnel !

millecitations

Nos liens Illustrateurs

Émissions en direct sur une radio locale

LE MONDE ALLANT VERS..., un jeudi sur deux à 19h30, sur la petite radio locale : RADIO GRÉSIVAUDAN.

Vous pouvez écouter ces émissions en rejoignant le site internet de Radio Grésivaudan ou en ouvrant votre radio sur la bonne fréquence.

Générique de l'émission :

Participez en direct en appelant le :

04 76 08 91 91

Accéder aux archives des émissions sur le site de Radio Grésivaudan.

Et si la cause des causes était l'absence d'architecture spirituelle chez chacun ? --> Ecoutez l'émission sur "La Citadelle" :

Fallait oser...

« L'enfant a droit à une éducation gratuite et obligatoire. »

Charte des droits de l'enfant de l'UNESCO

Bossuet nous disait :

« Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

 Professeurs, déscolarisez-vous !

« Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. »

John Holt

Corollaire ou conclusion de cette idée de Holt : si on enseigne à l'E.N., c'est donc pour propagander, détourner, aliéner.

Sur le refus de parvenir

« Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la fonction abrutit. » Flaubert

*****

« Si nous voulons un monde nouveau, comment accepter de grimper, d'être reconnu par des institutions du vieux monde ? »
Marianne Enckell

Autres citations sur le refus de parvenir

Le corps enseignant ?

On parle toujours du « corps enseignant », mais jamais de son âme... C'est parce qu'il n'en a pas. Et s'il en avait une, ce serait évidemment celle, noire et vicieuse, de Jules Ferry.  S.R.

julesferryamenoireVoici le monsieur qui s'occupe de vos enfants !

descoetdroit

« L'éducation, avec son fer de lance qu'est le système de scolarité obligatoire, avec toutes ses carottes, ses bâtons, ses notes, ses diplômes et ses références, m'apparaît aujourd'hui comme la plus autoritaire et la plus dangereuse des inventions humaines. C'est la racine la plus profonde de l'état d'esclavage moderne et mondialisé dans lequel la plupart des gens ne se sentent rien d'autre que producteurs, consommateurs, spectateurs et fans, motivés de plus en plus, dans tous les aspects de leur vie, par l'appât du gain, l'envie et la peur. »

John Holt

Lien vers des centaines d'autres citations sur le sujet (mis à jour de teps en temps)

 

Géométrie scolaire. Partie III: L'Égo très très spécial des profs

profVoici la 3ème partie de ma série intitulée « Géométrie scolaire » qui analyse la logique nocive de la situation scolaire et en particulier le rapport Prof/Élève.

Après avoir traité de l'état agentique des profs (partie I) et de leur méchanceté radicale et théorique (partie II), cette troisième partie concerne donc cet Égo très très particulier du "professeur".

"Devenir prof" : il s'agit bien de cette forme incurieuse d'émancipation, à l'opposé de la philosophie et de la vie philosophique, qui consiste à incorporer avec satisfaction et un sadisme revenchard inconscient, la position du dominant en tant que miroir complet de notre ancienne position de dominé. "Devenir professeur" est typiquement cette bêtise qui consiste à passer simplement du camp des opprimés à celui des oppresseurs pour croire que l'on s'est enfin émancipé. Obtenir ce statut de prof de la part des autorités (l'État), qu'on obtient la plupart du temps quand on est encore plutôt très jeune, c'est une forme de rite falsifié et non sage d'un soi-disant passage à l'âge adulte. On devient prof au terme de ce long chemin scolaire aliénant, quand l'idée qu'un être humain peut et doit grandir dans la liberté et l'autonomie est définitivement anéantie. L'aspirant prof voit les choses ainsi  : « Jusqu'ici, depuis 20 ans, j'ai toujours eu besoin de professeurs et de l'institution scolaire, c'est pourquoi celle-ci a valeur déterminante et cruciale, et je vais devenir l'un d'entre eux. » Nous devenons prof quand l'idée d'autodidaxie n'est plus pour nous qu'une étrangeté plutôt rare.

Prenons l'exemple d'un de ces professeurs qui ont une matière (dans le secondaire). A quoi correspond la biologie pour "le prof de bio" ? Il s'agit avant tout du champ de savoirs qui lui a offert ce qu'il prend pour son émancipation, c'est le champ de savoirs qui lui a offert le droit de fanfaronner, de dominer, de punir, de sanctionner, d'acquérir un statut social relativement élevé (jusqu'à présent) et un salaire. Ainsi que nous l'exprime Henri Roorda : « Un professeur accorde naturellement une grande valeur éducative à une discipline dont il a retiré lui-même un grand profit. » Il y a donc une confusion quelque-part. Pour "le prof de bio", les élèves ne doivent pas apprendre librement le logos de la "vie", mais bien "la biologie", en tant qu'objet scolaire et scolarisant, déterminé par des programmes Étatiques (et exactement comme il l'a lui-même apprise) puisque cela permet apparemment de s'émanciper, de devenir prof ! Il y a reproduction sociale complète : le "prof de bio" imite radicalement son prof de bio du passé (comme un individu reproduit souvent les comportements de son père qu'il abhorrait pourtant). Quand il parle de "boîte de pétri", de "microscope" et de "photosynthèse", il ne s'agit point d'une langue et d'un savoir issus de son individuation, de ses recherches personnelles, de ce qu'il est, de ce qu'il aime vraiment, il s'agit d'un rôle, d'une imitation, d'un masque, d'un personnage de la catégorie AGENT, qui répète, qui reproduit, avec le plaisir niais de ne plus être à la place de l'enfant et de l'apprenant.

Devenir prof, c'est totalement rejoindre "le réseau de mafiosi des adultes", ce "réseau des métastases du pouvoir", dont nous parle superbement Léandre Bergeron :

« Il y a une complicité du monde adulte, qu'on la sente ou pas. Cette "entente" entre adultes qui nous fait croire qu'on est au pouvoir, qu'on est dominant, qu'on sait, qu'on a droit à, qu'on peut demander, qu'on peut se permettre de, comme la dame d'un certain âge qui croit avoir le droit de nous passer sous le nez dans une file sans s'excuser, comme le petit avocat fier de son air supérieur. Il y a un fil de complicité qui lie les adultes entre eux comme un réseau de mafiosi.
Ce réseau de mafieux, je m'en souviens. Cette complicité entre les parents, les prêtres, les enseignants, les autorités, la police, les gouvernants, l'armée, tous les uniformes possibles et les hommes cravatés, les parents d'amis, les entraîneurs de hockey ou de base-ball, les moniteurs qui encore tout jeunes prenaient des airs d'adultes... Tous ces adultes partageant, dans une complicité plus souvent inconsciente, un pouvoir sur nous, les petits, les démunis, les enfants. Ils pouvaient en tout temps exiger des comptes.
"Qu'est-ce que tu fais ici ?" "Qui es-tu ? " "Pourquoi est-ce que tu as encore fait ça ?" "Réponds-moi. Est-ce que tu sais ? ..."
Cette complicité entre adultes dits "responsables", n'est-ce pas le cancer de notre société ? Ce réseau invisible qui relie des adultes consentants, n'est-ce pas le réseau des métastases du pouvoir ? Contrôler, dominer, exercer un pouvoir, commander, dire quoi faire, dicter, gouverner, exercer son autorité, pouvoir exiger, faire subir des épreuves, n'est-ce pas la fierté et la raison d'être de l'adulte "responsable" ? J'ai choisi de me désolidariser du monde des adultes dits "responsables", de tous ceux-là qui font partie de ce réseau invisible qui assure l'ordre social en perpétuant de génération en génération la soumission du grand nombre, en semant la terreur dans le cœur des enfants.»

Merci Léandre Bergeron ! Oui, rejoindre ce réseau de mafiosi des adultes décrit par L. Bergeron, c'est exactement le désir des profs. Nul autre désir. Comme nous le dit également Tolstoï : « A toi qui occupes la position de propriétaire, de spéculateur, de fonctionnaire, d'élu, de prêtre et de soldat, tu sais fort bien que tu occupes ta situation nullement dans le but désintéressé de maintenir l'organisation de la vie nécessaire au bonheur des hommes, mais bien dans ton propre intérêt : la satisfaction de ta cupidité, de ta vanité, de ton ambition, de ta paresse et de ta lâcheté. »

***

Puisque je veux faire de la "géométrie scolaire", donnons le principal segment de l'erreur suprême et radicale du "prof" :

Le fondement philosophique du savoir consiste en l'aveu même de notre propre ignorance fondamentale.

Or, ce statut officiel de prof et l'éthos tout entier du professorat nient radicalement ce fondement.

Le monde se meurt chaque fois que le titre de « professeur » est déposé dans quelqu'un. Car, que se passe-t-il dans la conscience de celui qui reçoit ce titre ? : La fin du principe premier de la connaissance :

« Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien ».

Celui qui reçoit et accepte le titre de professeur aura beau essayer de redire pour son compte cet adage socratique, cela ne marchera plus, ce sera logiquement un mensonge. Si l'on accepte le titre de professeur, c'est qu'on souhaite dire au monde exactement l'inverse :

« Je suis quelqu'un qui sait, et qui sait davantage que celui qui n'a pas mon titre, car sinon, je n'aurais pas ce titre. Si je suis professeur, c'est bien que d'autres ne le sont pas. »

Les professeurs volent l'éducation dans le monde entier. Alors que nous aurions besoin que tous ceux qui désirent cultiver les autres puissent librement le faire, et que tous ceux qui souhaitent s'instruire puissent librement aller là où leur cœur (leur esprit) les portent. On limite l'exercice de l'éducation à une poignée de parvenus, qui croient savoir alors qu'ils sont les moins aptes puisqu'ils assassinent l'adage de Socrate en arborant le titre de "professeur" et puisqu'ils se mettent du côté de la Puissance, de l'injustice et de la violence organisée (L'État oligarchique et ploutocratique). C'est exactement comme pour le Pouvoir, si les moins aptes à gouverner sont ceux qui le désirent, les moins aptes à enseigner sont ceux qui ont, ou qui cherchent à obtenir, une distinction dans le domaine de l'enseignement.

Nous disons que le régime politique et le régime d'éducation sont les deux faces de la même médaille et il faut bien voir que cela est tout à fait cohérent avec les deux aspects de la contre-révolution platonicienne. Platon fonde « l'académie » au moment même où il écrit "La République" (Platon principal adversaire et fossoyeur de la démocratie directe, du théâtre libre, de la vie "tragique", de la vie philosophique indépendante et donc de l'autodidaxie...). Cette double existence d'un régime politique de type gouvernement représentatif oligarchique et d'un régime d'éducation associé, serait donc né vers -387 Av. JC.

Continuons un instant avec Socrate et le deuxième fondement de la philosophie : le « Connais-toi toi-même. » et plus généralement "le souci de soi - le gouvernement de soi", que les profs assassinent également, de concert avec tous les hommes de pouvoir, selon le mot de Bossuet : « Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

Ainsi la position de professeur pourrait bien être la position la plus éloignée de la vie philosophique qui soit, puisque le prof affirme savoir et perd toute possibilité de se gouverner lui-même et/ou de se connaître. C'est pourquoi « professeur de philosophie » est un concept qui serait particulièrement et encore plus dérangeant, et potentiellement un oxymore. C'est toute la situation scolaire qui est anti-philosophique, c'est pourquoi la position de l'élève, par anamorphose complète de celle de l'enseignant, serait tout autant anti-philosophique. Si le professeur affirme savoir et perd toute possibilité de s'autogouverner à cause de sa position autoritaire, cela constitue la quête plus ou moins inconsciente de l'élève qui espère un jour être à la même place, être un jour celui qui sait et qui a autorité ou qui fait autorité. L'élève est celui qui s'active, s'oriente quotidiennement dans cette direction (pour passer un jour du côté des oppresseurs comme nous l'évoquions au début de cet article). De plus pour l'élève, accepter d'être dominé, d'avoir un ou des maîtres s'opposent forcément à la vie philosophique. Aucun élève et aucun prof du monde ne peuvent se revendiquer de l'anarchisme et de la posture révolutionnaire, même si cela est parfaitement pardonnable voire compréhensible, voire peut-être souhaitable, pour les plus jeunes d'entre-nous, disons jusqu'à la puberté. Bref, on pourrait tout autant discourir sur l'égo de l'élève, miroir de celui du prof, exalté par le prof, tout comme une importante timidité n'est qu'une expression miroir d'un orgueil gigantesque.

Le corpus des professeurs qui hantent nos cités et torturent les enfants depuis Jules Ferry repose totalement sur une croyance, sur un mythe : « Il est sans doute peu d'univers sociaux où le pouvoir dépende autant de la croyance, où il soit aussi vrai que, selon le mot de Hobbes, "avoir du pouvoir", c'est être crédité de pouvoir » (Bourdieu).  C'est ce crédit de pouvoir qui est désiré par chaque professeur et l'engeance des pro-fesseurs continue actuellement de punir la vie et d'empêcher la liberté en utilisant cette croyance. Leur rôle : briser chacun d'entre-nous avant qu'on ait le temps de trouver des chemins d'émancipation réels. Ce cassage repose sur la présence d'un collectif (la classe et la classe d'âge) soumis au maître, désireux de plaire au maître et donc de se conformer (celui qui ne se conforme pas sera fessé (symboliquement) devant tout le monde, par le pro-fesseur). Les professeurs : ouvriers, prolétaires, continuateurs principaux du conditionnement à la soumission à l'autorité, enseignants d'une seule chose : l'hétéronomie globale, au service de la violence organisée. L'Égo des prof jouit en permanence de cette position de dominant qui leur permet d'élever ou de rabaisser un enfant à leur guise (par un chantage à l'amour, à la survie, par un système élaboré de carottes-et-bâtons, là-dessus voir la partie II, sur la méchanceté théorique des profs).

Si on écoute chaque prof isolément, ils agiraient, chacun, dans l'amour et la bienveillance (et pour la Révolution ou l'évolution des consciences - oui, ils se prennent tous de nos jours pour le colibri de Pierre Rabhi...). La position de professeur est directement contraire à l'amour et je ne parle même pas du fait de distribuer des notes qui est une cristalline activité de haine que les profs pratiquent chaque dimanche dans la plus grande quiétude.

Au final ces personnages gênent radicalement l’apprentissage : « Ceux qui veulent s’instruire sont gênés par ceux qui enseignent » disait Cicéron, ou Piaget : « Enseigner c’est voler aux enfants leur pouvoir d’inventer ». Les professeurs sont radicalement nuisibles et donc radicalement inutiles : « Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. » nous dit ce cher John Holt

Cette position d'agent, de méchant, et de personnage égotique tue évidemment la créativité, l'invention et la poésie (chez eux et chez les élèves) :

« Les professeurs sont des écoliers prolongés, des écoliers qui, terminé leur temps de collège, sont sortis de l'école par une porte pour y rentrer par l'autre, comme les militaires qui rengagent. Ce sont des écoliers ceux qui, au lieu d'aspirer à une activité d'adulte, c'est-à-dire créative, se sont cramponnés à la position d'écolier, c'est-à-dire passivement réceptrice en figure d'éponge. L'humeur créatrice est aussi opposée que possible à la position de professeur. » Jean Dubuffet, dans "Asphyxiante Culture"

« Le maître constitue pour l'écolier un modèle d'une espèce très particulière. Le Pédagogue que l'enfant aura sous les yeux pendant des milliers d'heures n'est ni un artiste, ni un inventeur, ni un artisan attaché à sa besogne ; ce n'est pas un homme qui cherche, qui fait des hypothèses, qui se trompe, qui se remet à sa tâche avec ardeur et dont l'activité serait contagieuse. C'est un monsieur instruit qui s'adresse à un jeune public de jeunes ignorants. S'il lui arrive de commettre une erreur, ses élèves échangent des sourires. C'est quelqu'un qui connaît d'avance la réponse à chacune des questions réglementaires qu'il aborde dans ses leçons. Ce ne sont donc pas des efforts, ce n'est pas une activité créatrice que l'on propose à l'imitation de l'enfant quand il est à l'école. S'il imite ses maîtres, c'est donc en leur empruntant leurs formules définitives. Et voilà pourquoi, l'ignorant est si souvent la caricature du savant.» Henri Roorda

Ainsi, devenir prof, c'est sans doute l'acte de reproduction sociale, le plus à l'opposé de l'invention, le plus criant qui soit.

Concernant cet Égo très très spécial des profs, laissons la conclusion-résumé à Catherine Baker (magistrale !) qui relève plusieurs points importants dont le complexe de supériorité que chaque prof entretient vis-à-vis de tous les autres profs (selon eux, si l'école, ça chie, c'est à cause de leurs collègues, mais pas à cause d'eux, eux, ils font les choses bien)  :

« Ce sentiment de supériorité du jeune adolescent s'émerveillant de lui et de son regard sur le monde, c'est celui, identique, qu'on retrouve chez la plupart des enseignants. Ce n'est pas qu'ils soient forcément plus niais que la plupart des mortels, mais on les a soigneusement entretenus dans cette idée assez ridicule qu'ils sont utiles à l'humanité parce que dépositaires et dispensateurs du savoir. Eux-mêmes se tiennent en immense estime : le « corps professoral » est atteint d'un narcissisme adolescent: il s'aime, il se plaint, il se critique, il se pardonne. Comment peut-on être professeur ? Rester toute sa vie dans les bâtiments scolaires doit certainement empêcher l'irrigation d'un cerveau au départ normalement constitué. Curieusement, les enseignants, dans leur ensemble, souffrent assez fréquemment d'un complexe de supériorité vis-à-vis de leurs collègues, de la bêtise desquels ils se méfient. Ces parvenus sont consternants de médiocrité. Sévère, mais juste, je répète que neuf enseignants sur dix sont des minables. Cela s'explique par leur recrutement ; par le fait épouvantable qu'ils restent à l'école toute leur vie et que ça rendrait névrosé n'importe qui, enfin parce qu'ils sont, pour la plupart, fonctionnaires et que leur fonction est d'entretenir un mensonge dégueulasse sur la « transmission » complètement mystificatrice du savoir à de prétendus « futurs adultes ». Eux qui sont les plus soumis des hommes aux préjugés du siècle ! Car c'est à eux, les professionnels (par opposition aux parents qui ne resteront toujours que des amateurs), qu'est confié le soin sacré de transmettre les idées préconçues tout ce qu'il faut savoir pour perpétuer la vie en société telle que nous la connaissons. Ils sont directement responsables du massacre des intelligences. Je ne crois pas que l'abrutissement général soit congénital. Les profs en sont les employés au même titre que les journalistes. Ils font d'ailleurs rigoureusement le même boulot. Ce n'est pas qu'ils soient autocrates dans l'âme mais de zélés serviteurs de l'institution qui ne peut fonctionner - c'est sa raison d'être - que dans l'obéissance aux règles. Serviles et despotiques, ils donnent la pleine mesure de leur petitesse face à l'inspecteur. »

Et pour la conclusion des conclusion (de cette partie III), donnons la parole à Edmond Gilliard (à propos de l'Éducation Nationale) : « Ce qu'on appelle l'ordre établi n'est qu'un état de violence entré dans l'habitude. Il n'y a pas d'injustice, d'injure, d'iniquité, d'indignité, de brutalité, de barbarie à qui la durée ne puisse conférer, par l'accoutumance « morale », une apparence de civilité, un air de décence, des dehors de bienséance. »

Je vous renvoie également à ma série de citations sur l'ambition et je mets celle de Flaubert en exergue : « Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la fonction abrutit. »

 

Lire maintenant la partie IV : des prisons. La peur.

ARTICLES AU HASARD

Terre et permaculture | 06 Fév 2015 18:56 | Sylvain Rochex
La terre a disparu de nos esprits

Je voudrais écrire quelques mots suite à la monstruosité réalisée par Chambéry Métropole, visiblement en proie à la démence, [ ... ]

Terre et permacultureLire l'article
Réflexions philosophiques | 15 Mar 2017 08:49 | Sylvain Rochex
Mort complète et dernière des Communaux...

Étienne,

J'ai l'impression que tu as eu avec F. Cousin, sur l'économie et la politique, la discussion que nous pourrions avoir [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Vraie démocratie | 17 Déc 2015 11:30 | Sylvain Rochex
Mort complète et dernière des Communaux...

N.B : Je fais constamment l'éloge du livre "Propos sur les pouvoirs" d'Alain, je peux pratiquement faire la même chose avec "Propos [ ... ]

Vraie démocratieLire l'article
Réflexions philosophiques | 23 Oct 2017 08:46 | Sylvain Rochex
Mort complète et dernière des Communaux...

 

Dans la période où je lisais des bouquins théoriques sur le théâtre, j'avais été très marqué et transporté par L'ESPACE [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Humour | 24 Jan 2015 17:30 | Sylvain Rochex
Même Johnny Depp est surpris...

HumourLire l'article
Réflexions philosophiques | 23 Déc 2016 20:22 | Sylvain Rochex
Mort complète et dernière des Communaux...

Combien de personnes travaillent la terre pour leur subsistance ? Qui fait cela ? On dit que le nombre d'agriculteur se situe autour [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Other Articles

sensortird

Crédit Photo originale : Par Khoyobegenn