Liste des conférences, rencontres, ateliers, animations disponibles

Toutes ces interventions gratuites sont en lien avec une documentation très diversifiée et des bibliographies (que l'on partage habituellement sur place).

I) Progresser ensemble dans la langue et dans la parole

  • Ateliers « Étymos » :  Constitué par l'introduction «Être citoyen c'est penser ses mots » et puis ensuite, par une animation d'une grande "foire à l'étymologie." Chacun est invité à se poser des questions d'ordre étymologique sur des mots rencontrés au fil des jours d'ici la tenue de ce moment via un questionnement du type : "Tiens, mais c'est quoi l'origine de ce mot... ? oh surprise, ça vient de là, c'est fou... mais alors, quand on dit... ça veut dire aussi que...mais alors... et donc... Ha mais c'est trop drôle..." et de prendre note de ses recherches et trouvailles.
    Pendant ce moment chacun présentera aux autres ses plus belles trouvailles (20 chacun par ex. Automatiquement cela provoque plein de discussions fertiles et très enrichissantes).
  • Moments « Les Phrases magiques ». (Peut être joint à un atelier étymos). Il s'agit de venir à la rencontre des autres pour leur révéler nos phrases/citations préférées qui nous suivent depuis des années ou que l'on a découvert tout récemment (ça constitue également un partage de références de livres).
  • Ateliers Dictées collectives et conviviales : Façon « Bernard Pivot », mais sans compétition, juste pour le plaisir de la langue et d'avancer chacun à partir de là où on en est. Correction tout aussi conviviale et collective que la dictée.
  • Ateliers théâtre : Tout est envisageable en la matière. Projets à définir ensemble.
  • Atelier théâtre spécial « le livre en scène ». Du théâtre ensemble autour de (avec, sur,...) l'objet livre.
  • Mystère de la parole : Une rencontre pour délier les langues et découvrir les trésors qui se cachent en chacun d'entre nous. C'est un moment qui se crée à partir des volontés de chacun. Chaque personne qui souhaite s'exprimer met son nom dans un chapeau. Une fois le chapeau rempli des noms des participants, un animateur tire au sort un papier, et la soirée commence. C'est l'occasion pour chacun de livrer un peu de lui-même : déclamer un poème, dire un petit conte, parler d'un papillon qu'il affectionne, pousser un coup de gueule sur un sujet qui le démange, faire une déclaration d'amour ou d'amitié, jouer un morceau de guitare ou d'accordéon en chantant, sortir du passé l'histoire d'un hameau, révéler une recette d'un légume d'automne, parler d'un livre qu'il a aimé, d'un sentier de randonnée qu'il aime parcourir, d'une passion, dire une blague, faire un hommage, râler sur quelconque sujet, faire sortir de l'oubli un objet incongru, commenter un sujet d'actualité, tout, tout, tout est possible, chaque personne est un puits de connaissance, riche de son expérience, de son caractère unique, des relations qu'il tisse avec les autres. Chaque intervention est relativement courte, pour permettre au plus grand nombre de s'exprimer.  Petits et grands peuvent glisser leur nom dans le chapeau.

II) Le plaisir d'apprendre ensemble et l'étude des livres

  • Présentations de livres et de bibliographies : Nous nous proposons pour venir régulièrement parler d'un ou plusieurs livres de notre choix. De la même façon Nous pouvons venir présenter des bibliographies classées par thèmes.
    On peut envisager aussi cette rencontre de façon 100 % collective où chaque participant présente des livres.
  • Arpentages de livres (lecture collective): C’est une technique pour lire et parler d’un livre collectivement. On divise le livre en autant de parties qu’il y a de participants (possibilité de fonctionner en binôme), puis :
    Temps 1 : chaque participant lit sa partie silencieusement pour lui-même.
    Temps 2 : chaque participant prépare ce qu’il veut partager avec les autres à propos de la partie qu’il a lue. Cela se fait librement ou en fonction d’une grille de lecture proposée.
    Temps 3 : Tous ensemble autour de la table, chronologiquement, chaque participant prend la parole à propos de sa partie et cela donne lieu à des mini-échanges au sein du groupe.
    Temps 4 : débat global concernant l’ensemble du livre.

III) Questionner nos institutions, « la démocratie » et le « vivre ensemble ».

  • Une conférence théâtralisée : « Sommes-nous en démocratie ?». Une patiente (Mme Ciboulette) en visite chez son médecin philosophe (Dr Castoriadis), cherche à comprendre et soigner sa pathologie.
  • Une conférence : « conditions techniques de l'Égalité politique ».
  • Ateliers de désintoxication du langage : Introduit par un exposé sur les sources d'intoxications. Atelier qui s'imbrique dans des discussions et qui se termine par des jeux d'écriture libérateurs.
  • Atelier comparatif démocratie Athénienne et « démocratie » moderne.  Il s'agit pour l'animateur de provoquer la discussion et les échanges en décrivant chaque aspect de la vie de la démocratie athénienne pour que les participants soient tentés de réaliser eux-mêmes le comparatif avec aujourd'hui sur chacun de ces aspects.
    Exemple : l'animateur décrit le système de désignation des magistrats à l'époque d'Athènes et très rapidement les participants sont tentés par la comparaison avec aujourd'hui (les élections).
  • Ateliers constituants : pour s'entraîner à écrire la constitution. Pour retrouver son pouvoir de participer à l'écriture des règles communes.
  • Ateliers « Miroirs » : à l'usage des parents et enfants, afin de mettre en lumière la façon dont nos comportements agissent sur ceux de nos enfants, et inversement. Nous jouerons à inverser les rôles pour mettre en évidence les dominations qui s'exercent les uns sur les autres et pour cheminer vers des relations plus équilibrées.
  • Atelier « Polémos »: pour faire face individuellement et collectivement aux situations conflictuelles qui surgissement inévitablement dans l'existence, et qui nous laissent souvent démunis. La recherche de la résolution du conflit par la parole permet d'éviter la violence physique, pour ça certains espaces doivent être crées pour que chacun puisse s'exprimer librement (un exposé sur le polémos en philosophie sert d'introduction à cet atelier).
  • Atelier sur « Les Pouvoirs » : Discussions philosophiques autour des grands principes de fonctionnement et de comportements des Pouvoirs – à partir de textes majeurs de philosophie politique.
  • Atelier  Public/Privé : Discussions philosophiques concernant les notions comparées d'espaces privés et d'espaces publics, qui débouchent sur la notion de commun, de communaux et de commune.
  • Atelier « l'Idéologie du travail » : comprendre ensemble en quoi « le travail » est une idéologie). Comment s'en libérer ? Sous forme de discussions et de lectures de textes à l'appui.
  • Conférence pour un monde sans argent : « Un monde sans merci » (par Valentin)
  • Arpentage du livre de Jacques Ellul : « L'homme et l'argent ». Pour travailler ensemble sur la problématique de l'argent.
  • Autour de Léon Tolsoï

IV) Être autonome pour ses besoins vitaux, s'entraider, questionner l'hubris.

  • Ateliers Permaculture et autonomie  : une conférence expliquant les principes de la permaculture  comme solution individuelle et collective pour aller vers l'autonomie alimentaire et culturelle.
  • Ateliers alternatives et entraide : partage de savoirs et d'expériences afin de privilégier des approches saines, naturelles, gratuites, et autonomes en lieu et place de tout ce qui est imposé par l'industrie, le capitalisme, les idéologies dominantes, les médias et la publicité. Comment développer l'entraide localement ?
  • Ateliers de botanique (pour se nourrir et se soigner), plantes sauvages comestibles et médicinales. La forêt nous nourrit et nous soigne. Peut donner lieu à toute une série d'interventions régulières car il y a tellement d'espèces à étudier ensemble.
  • Ateliers de cosmétiques médicinales, fabriquer ensemble des baumes thérapeutiques à partir de macérats huileux de plantes médicinales, d'huiles essentielles, de cire d'abeille et de beurre de karité.
  • Une conférence : « Il faut tout un village pour élever un enfant »,  histoire et critique du système éducatif actuel, propositions pour une école commune libre et gratuite, pour tous et à tout âge.
  • Projection du documentaire « schooling the world » et discussion.
  • Une conférence-débat : sur la pharmacologie, la néguentropie et l'organologie générale (sur les bases du philosophe Bernard Stiegler), Une description en forme d'alerte maximum concernant une humanité formée d'êtres pharmacologiques et prothétiques qui accumulent du matériel jusqu'à l'asphyxie. Les inventions humaines sont des pharmaka, c'est-à-dire des choses qui ont une face remède en même temps qu'une face toxique (et dans les conditions actuelles, c'est la face toxique qui s'exprime). La toxicité, en même temps que l'entropie (le désordre), augmentent à mesure que le défaut ou le déséquilibre est corrigé par un pharmakon en créant un nouveau défaut à corriger de façon toujours plus complexe. La puissance de nos outils, et leur mise à disposition du plus grand nombre, ne faisant qu'augmenter, nous devenons tous " des tyrans les uns pour les autres". Nous sommes tous transformés en producteurs-consommateurs. Cette accumulation, cette absence de limite, engendre une absence de soin, d'attention, aux objets, à soi, aux autres et nous devenons dépendants d'objets, ce qui nous éloigne de l'autonomie. Nous vivons dans la consommation qui n'est rien d'autre qu'une vie de pulsion qui détruit les objets de son désir (consommation - consumer - consomption). Nous vivons dans une infidélité, dans une jetabilité, dans une obsolescence, au lieu de l'inverse : le soin, l'investissement, la fidélité, la construction.
    La question des écrans (télévision, internet, smartphone) et de leur prédominance toxique sera évidemment abordée.
    Le moment se présente sous la forme d'une intervention pour présenter les concepts et le lexique nécessaire pour faire de la pharmacologie, puis en une discussion, un partage et des témoignages sur tel ou tel pharmakon particulier. Exemple : pharmacologie de l'avion, du nucléaire, du smartphone, etc. Comme pour le moment étymos, des moments du pharmakon peuvent être institués de manière régulière, comme une hygiène de l'esprit.